Récits de la Coterie du Forez

Aller en bas

Récits de la Coterie du Forez

Message par SPX Spécial le Jeu 16 Nov 2017 - 1:56

J'invite tout joueur aimant l'écriture à mettre ici les résumés de nos parties de campagne. Libre au conteur d'accorder des points d'expérience en bonus ou non, cela sera toujours plaisant à lire et utile pour suivre l'histoire.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1243
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 38
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Première missive de Bérénice du Clan Tremere

Message par SPX Spécial le Jeu 16 Nov 2017 - 1:59

À l’attention de Maître Alexandro de la Fondation du Cœur Ardent de Delphes

Mon Maître,

Le Prince Landre d’Angerieux nous a reçus dans son pavillon de chasse du village de Montrond-le-Fort. Quand je dis « nous », vous l’avez compris, je n’étais pas seule à être lâchée dans le monde des Infants de la Nuit. Cinq autres Caïnites étaient présents – leur description suivra. Artémon, dit « le Prophète », le conseiller du Prince, nous a invités à entrer dans une grande salle de banquet. J’ai tout de suite remarqué qu’il prenait des notes sur tout et sur tout le monde en permanence. La trace de corruption de son sang propre aux Malkaviens, je présume.

Nous avons été reçus dans une salle parée de riches tapisseries représentant Son Excellence le Prince Landre dans des moments héroïques de sa carrière, entre autres le moment où il a vaincu son terrible adversaire, le Cappadocien connu sous le nom de « Némésis ». La pièce est une salle de banquet, avec une table, des chaises, et tout un festin de nourriture… bonne pour les mortels. Viandes, fruits, boissons… rien que notre condition de Caïnite puisse apprécier. J’imagine que c’est une manie des Toréadors d’exhiber une telle débauche de richesses futiles. Debout de l’autre côté de la table, deux personnes nous regardent entrer. Il s’agit de l’Abbé Séverin (probablement du Clan Lasombra) et d’un templier, Ser Revan de Saint-Esteve, dit le Pieux.

Mon maître, vous connaissez les raisons qui m’ont conduite jusqu’à la Fondation du Cœur Ardent. Si j’ai foi en des forces supérieures dont l’existence m’a été prouvée dès ma première rencontre avec ma Dame, votre Infante Héloïse, vous connaissez mon opinion quant à ceux qui ont la prétention de parler au nom de Dieu et Sa Miséricorde ; de fourbes hypocrites prêts à terroriser le peuple naïf et inculte pour s’approprier l’obéissance et l’argent des fidèles. Le fait de voir un Caïnite se conduisant ainsi au domaine me fait grincer des dents, mais je resterai stoïque, notre cause est trop importante pour laisser ma rancœur prendre le dessus. Vous comprendrez que ces deux-là seront probablement ceux qui me seront les moins sympathiques. Heureusement, je ne suis pas la seule à avoir cette opinion, mais nous y reviendrons.

Les deux Vampires nous invitent à prendre place autour de la table. Un serviteur passe parmi nous pour nous servir des gobelets de sang. Enfin, le Prince Landre d’Angerieux entre en grande pompe, suivi par son sénéchal, Roland de Sury du Chevalard du Clan Ventrue. Le Prince prend place à table et commence à déguster les mets. Encore une particularité de la plupart des Toréadors, si prompts à se mêler à la société mortelle.

Il est temps de nous présenter chacun notre tour, et d’expliquer les raisons qui nous amènent ici. L’occasion pour moi de présenter les Caïnites avec lesquels je vais être amenée à travailler.

Le premier à avancer est un jeune homme portant le tabard de l’Ordre des Chevaliers du Saint Sépulcre. Plutôt charismatique, il m’est sympathique au premier abord, mais beaucoup moins quand il ouvre la bouche. Sire Thibault de Mauvernay du Clan Ventrue est quelqu’un fermement convaincu de la nécessité de Dieu. Il semble fanatique, et ne perd pas une occasion de mêler le Créateur à nos affaires.

Le deuxième à se présenter est votre servante. Vous avez autorisé Dame Héloïse à faire de moi une Fille de la Nuit pour mes capacités et mon honnêteté, et je vous en remercie. Conformément à vos instructions, je ferai tout pour présenter le Clan Tremere sous un jour engageant. Aussi, j’ai choisi de parler franchement : j’ai annoncé publiquement mon appartenance au Clan Tremere, ainsi que mes devoirs auprès de la Fondation du Cœur Ardent. Il y a eu un léger flottement dans la salle, mais pas de quoi indisposer le Prince.

La personne suivante est un homme brun, au physique plutôt quelconque. Léotéric Duval, qui « apporte ses talents au Prince ». Et c’est tout ce qu’il dira.

Le quatrième à s’incliner devant Son Altesse est un Brujah grand, costaud, avec des mains que je devine habituées à battre le fer. Baudri annonce qu’il fera tout pour éviter un quelconque retour de Némésis.

L’atmosphère se tend brutalement lorsqu’avance un homme au corps qu’on devine nerveux et musculeux sous ses vêtements de cuir tanné. Sans être massif, il est imposant, d’instinct, il inspire la crainte. C’est Loki du Clan Gangrel. Quand il annonce qu’il est ici pour « tenir la forêt vide de tous les intrus », il insiste lourdement sur le « tous » en regardant l’Abbé Séverin d’un œil plutôt mauvais. Je sais que le Clan Tremere a eu souvent l’usage des Têtes-de-Loup pour créer des Gargouilles, mais la première impression que j’ai de celui-ci me laisse à penser qu’il pourrait être un allié de poids, pourvu qu’on le respecte.

Enfin, le dernier Caïnite à se présenter à Sire Landre d’Angerieux est un grand homme particulièrement séduisant. Il se nomme Valère d’Abbeville. Il y a quelque chose de plutôt étrange dans son regard. Je n’arrive pas à déterminer quoi. Lui non plus n’annonce pas clairement le nom de son Clan, mais la façon dont il me regardera par la suite me laisse à penser qu’il s’agit d’un Clan ayant eu à partie avec les Tremere. Il m’inspire confiance au premier abord, mais quelque chose me chuchote qu’il faudra rester vigilante avec lui.

Nous passons alors une épreuve qui m’est particulièrement difficile : l’Abbé Séverin nous donne à chacun la Bénédiction de Dieu, et nous demande de jurer fidélité au Prince Landre d’Angerieux. Quand c’est à mon tour de m’agenouiller devant ce prélat, je sens que ses doigts posés sur ma tête pourraient prendre feu. Mais je me domine. Et lorsqu’il me pose la question fatidique, je réponds « Au nom du Clan Tremere, je le jure », l’Abbé sursaute, le Prince a un petit rire, et Sire Revan me fixe d’un œil torve. Peut-être qu’il m’a déjà condamnée. Rassure-toi, brave templier au simulacre de conscience alourdi par les vies de centaines de femmes et enfants Maures massacrés au nom de ton Dieu d’amour, nous sommes deux à trouver l’autre antipathique !

Heureusement, nous n’aurons pas à rester plus longtemps. Le Prince annonce le lancement d’un jeu. Plus précisément une partie de chasse. Les gardes amènent alors une douzaine de mortels, tous paniqués jusqu’aux larmes. D’Angerieux nous explique que ces individus, accusés de pactiser avec le Démon, ont été condamnés pour hérésie. Autant que leur mort serve à nous distraire, n’est-ce pas ?

Je fus une mortelle, moi aussi, mais contrairement aux Caïnites suivant la Voie de l’Humanité, j’ai appris à voir les Humains comme nous étant inférieurs, et si je ne suis pas en faveur de la chasse à courre, cela ne me dérange pas trop lorsqu’il s’agit d’un gibier qui est capable de se défendre, et qui a besoin d’une bonne leçon.

Aussi, contre toute attente, j’accepte de participer à cette partie de chasse à l’homme. Le Prince accordera un point par tête ramenée, et deux points pour une proie vivante. Les individus sont lâchés, et nous leur laissons un petit quart d’heure d’avance. Au signal du sénéchal, Loki du Clan Gangrel grogne un grand coup. Ses ongles poussent à une vitesse effrayante pour se muer en griffes acérées, ses traits durcissent, ses yeux flamboient comme ceux d’un loup. Il bondit vers la sortie. Sire Thibault se lève et se lance à son tour à la poursuite des condamnés. Je ne me fais aucune illusion sur le sort des traînards.

Je pars en courant aux côtés de Valère d’Abbeville. Baudri et Léotéric nous suivent sans se presser. En chemin, je me concentre à la façon que vous m’inculquâtes pour améliorer la portée de mes sens. Si bien que je décèle une odeur de sueur et de peur, et des halètements. Trois hommes sont en embuscade. Je préviens d’Abbeville qui sort aussitôt son épée. Les trois gaillards armés de gourdins se jettent sur nous. La Thaumaturgie et la force des éléments me rendent temporairement plus forte, et j’en étends un d’un coup de bâton. Les deux autres, impressionnés par d’Abbeville, s’arrêtent et lèvent les bras. Le chevalier fait alors quelque chose de particulièrement amusant : il jette à leurs pieds une dague, et déclare : « je laisse vivre le survivant ». Les deux hommes, vraisemblablement des cousins, oublient vite les liens familiaux pour faire confiance à l’instinct de survie. Bien vite, l’un des deux éventre l’autre. D’Abbeville tient parole et décide d’en rester là. Il ordonne à son nouvel esclave de porter ma proie, toujours inerte au sol.

Nous sommes rejoints par Sire Thibault, lui-même est accompagné d’une petite jeune fille qui ne doit pas compter plus d’une douzaine de printemps, une villageoise baptisée Germaine. Quand nous rentrons au pavillon de chasse, le croisé raconte quelque chose de plutôt troublant : cette paysanne viendrait d’un petit village non loin, où il n’y a absolument plus personne de vivant. Tous les villageois ont été massacrés. Pire encore, les cadavres ont été disposés de façon à former un grand pentacle !

L’Abbé Séverin préconise de la soumettre à la question. On croirait voir un serpent affamé devant une souris. J’espère qu’elle vivra, mais connaissant leurs méthodes, j’ai des doutes. Le Prince nous demande de retourner au village pour voir s’il n’y aurait pas quelque chose, un indice sur ce qui s’est passé ?

Obéissant aux consignes de Son Excellence, nous descendons donc jusqu’au hameau de Germaine. Surprise, nous y retrouvons Loki, Léotéric et Baudri. Eux-mêmes sont en train d’investiguer. En effet, un nouveau mystère paraît : il n’y a plus une seule dépouille dans tout le secteur.

Une première recherche sommaire ne nous donne pas de résultat concret. C’est alors que l’indice nous tombe dessus littéralement. Tous les villageois surgissent d’un peu partout, autour du village. Il est évident qu’ils n’ont plus un souffle de vie en eux, compte tenu de leur état de décomposition, les points de suture qui maintiennent maladroitement les membres, les yeux vides, et pourtant ils sont animés, et tentent de nous dévorer !

Léotéric est le premier à frapper. Baudri agit avec une vitesse surhumaine, et taillade furieusement dans les corps. Une fois de plus, j’appelle la puissance de la Thaumaturgie pour me fortifier. Ce ne sera cependant pas nécessaire, car le combat sera très bref. Tous les six, nous nous battons de toute notre énergie, les guerriers étant bien sûr plus efficaces que votre servante. Soudain, quelque chose a rompu le sort, tous les cadavres animés s’écroulent en même temps. Il faut croire que celui qui a lancé le rituel destiné à les relever n’avait pas prévu une telle résistance. L’accalmie qui suit nous laisse le temps de réfléchir.

Il s’agirait d’un rituel d’une puissance peu commune, et la personne l’ayant jeté doit être particulièrement rompue dans l’art de la Nécromancie. Les cinq hommes de la Coterie décident de partir à la chasse du responsable – ils auraient une piste. Moi, je reste au village pour rassembler les corps et les brûler. J’en profite pour prendre des notes sur la façon dont ils ont été reconstitués, et j’essaie de déceler des résidus de magie dessus, avant la crémation. Bien sûr, je prends garde à allumer le feu du plus loin que je peux, en utilisant un filet d’huile trouvée dans une réserve.

Au bout d’une petite heure, les autres viennent me récupérer. Loki tient sous le bras la tête d’une monstrueuse créature qui serait vraisemblablement le responsable de ce carnage. Je l’examine attentivement ; bien qu’il y ait des ressemblances, bien que le corps de cette chose soit pourvu d’ailes, d’après mes camarades, il serait insultant pour le Clan Tremere de mettre sur la même valeur nos Gargouilles et cette abomination pitoyable.

Quand le Prince entend notre témoignage, il s’empourpre de colère. La Nécromancie est bien entendu l’apanage du Clan Cappadocien, le Clan dont fut issu le redoutable Némésis. D’Angerieux persiste et signe : il a détruit Némésis lui-même.

Loki en profite pour lancer une pique à l’attention de l’Abbé Séverin : l’homme d’église n’aurait pas été capable de repérer un tel démon. Sire Revan est prêt à dégainer son épée. J’aimerais bien voir comment il compte mater un Gangrel impatient d’en découdre. Le Prince lève la voix avant que la situation ne dégénère.

L’Abbé veut qu’on soumette Germaine à la question. L’interrogatoire commence. Autant au début, je dois faire preuve d’un sang-froid de statue pour me retenir de gifler le prélat, autant je crains de devoir lui donner raison, car le malaise monte au fur et à mesure de l’avancement de la conversation. Les propos que tient cette petite sont bien trop outrageux et blasphématoires pour être honnêtes. D’Abbeville se retire avec l’Abbé, puis tous deux reviennent quelques minutes plus tard. Je ne saurai ce qu’ils ont échangé, mais le verdict est sans appel : ce sera le bûcher.

Le « spectacle » est donné dans la cour, sous les huées des quelques spectateurs éveillés en pleine nuit par le crépitement des flammes et les cris de la malheureuse. Et si Loki regarde la scène sans sourciller, nonchalamment appuyé sur un mur, je refuse d’assister à cette triste scène, que cette pauvre fille soit hérétique ou pas.

Une fois la fête terminée, nous sommes de nouveau convoqués par le Prince. D’après lui, il y a justement un Vampire du Clan Cappadocien officiellement sur son territoire. Un religieux du nom de Venantius, employé à la morgue de Montbrezon, la capitale de la province du Forez. D’Angerieux s’indigne, car il avait également invité ce Venantius à se présenter à lui, mais il n’est pas venu, et n’a même pas envoyé de réponse, ce qui est irrespectueux. Peut-être est-il trempé dans cette histoire de Nécromancie ? Aussi le Prince nous mande pour aller le chercher. Le jour ne va pas tarder à se lever, nous partirons demain. En attendant, le Prince ajoute qu’il partira à Paris de son côté en faisant une halte à Montbrezon. Il nous laisse utiliser ce pavillon de chasse comme refuge et domaine. Nous garderons les comptes à lui rendre, mais nous serons maîtres de Montrond-le-Fort. Bonne nouvelle pour finir cette nuitée !

*

La nuit suivante nous voit amener une nouvelle énigme en la personne du Père Sébastien, un mortel venu voir le Prince. Celui-ci étant absent, c’est Sire Thibault de Mauvernay du Clan Ventrue qui s’octroie le droit de recevoir le prêtre au nom du Prince. Ce Père Sébastien était rattaché au hameau massacré la veille. Chance inouïe pour lui, il était justement en déplacement auprès d’une paroisse voisine, et n’est revenu que ce matin, pour découvrir un village complètement vide. Mauvernay questionne le prêtre, et lui demande notamment s’il aurait vu une personne se faisant appeler la « Pythie » ? Sans doute un nom trouvé d’une manière ou d’une autre pendant leurs investigations, ou par le biais d’une goule ayant fait une enquête diurne ? Quoi qu’il en soit, le prêtre ne veut rien dire, car ce qu’il sait est gardé par le secret de la confession.

Mauvernay use de la Domination pour le faire parler, mais se heurte à une résistance inhabituelle. Ce prêtre serait-il sincèrement convaincu du bien-fondé des Saintes Écritures, qui lui donnent l’assurance nécessaire pour résister aux pouvoirs des Infants de Caïn ? C’est alors que, et j’espère ne pas paraître trop orgueilleuse en le disant ainsi, je trouve la solution au problème. J’utilise un tout autre stratagème : je tente de le raisonner en lui disant ce qu’il espère entendre, à savoir que Dieu, dans Son infinie miséricorde, acceptera de pardonner au Père Sébastien de révéler ce qu’il sait, si cela nous aide à arrêter les Forces Diaboliques clairement présentes dans le secteur. Larmes aux yeux, l’homme d’église accepte de raconter son histoire à Loki, Thibault, Valère et votre servante.

Six mois auparavant, le Père Sébastien a été affecté ici. Rien de particulièrement inquiétant au niveau des superstitions locales, sauf pour un paroissien du nom de Yann. Yann avait de plus en plus de mal à participer à la vie du village, et même aller à la messe le dimanche lui semblait de plus en plus délicat. Au bout d’un mois et demie, soit donc quatre mois et demie avant notre arrivée, Yann a fini par craquer et s’est confessé : le pauvre diable avait de plus en plus de visions d’un personnage portant un masque de peau lui ordonnant de faire des choses de plus en plus sales. Cela commençait par le sacrifice d’un lapin, puis l’immolation d’un chat, puis d’une mule… et pour finir, ce qui a poussé Yann à la confession, le sacrifice d’un nouveau-né. Ce personnage masqué se faisait appeler « Némésis ».

Il est à présent temps de partir pour Montbrezon. Loki s’en va cependant de son côté, il a manifestement une affaire à traiter avec le Druide, le Gangrel dominant du duché. Cependant, il expédie rapidement les choses et se montre bien plus rapide que nous autres, car il nous rejoint quand nous arrivons au village maudit. En effet, je suis sûre qu’il y a des choses à trouver ici qui pourraient nous aider à avancer.

Nous trouvons sous l’écurie une petite pièce creusée dans laquelle tout le monde ne peut pas descendre. Loki et moi pénétrons dans ce réduit. Une forte odeur cuivrée de sang et de viande pourrie infecte nos narines. Au milieu de cette cave se trouve une paillasse couverte d’un drap qui fut sans doute clair autrefois, mais qui est maculé d’anciennes taches sombres dont on n’a aucun mal à reconnaître la provenance. Dans toute la pièce, on voit des morceaux de viande. Mes connaissances en chirurgie me permettent d’affirmer sans l’ombre d’un doute qu’il s’agit de carcasses d’animaux. On relève sur ces abats des traces de morsure appartenant à la même mâchoire, mais dont l’écartement des dents et la profondeur laissent deviner une croissance progressive et effrayante. La créature dont mes camarades ont ramené la tête a bien été mise au monde et nourrie ici.

L’un des membres de la Coterie dit à haute voix : « Ah, si seulement les murs pouvaient parler ! ». Et c’est ce qui me donne une idée géniale. Grâce à la Thaumaturgie, et à la Discipline de la Langue de Bois, je peux faire mieux. Je m’agenouille près de la litière, pose mes mains sur le tissu imbibé de sang séché, et ordonne par la pensée : « Dis-moi ce qui s’est passé au moment où tu as été souillé ». J’entre alors dans une transe rituelle qui me fait vivre une scène particulièrement déplaisante.


Je suis allongée sur la litière, complètement nue, et recouverte de signes peints sur mon corps avec du sang. En tournant la tête, je constate que des bracelets de fer maintiennent fermement mes poignets et mes chevilles écartelés. Une douleur fulgurante lacère mon abdomen. L’horreur est complète lorsque je vois mon ventre monstrueusement distendu, comme si quelque chose de trop grand pour le contenir luttait violemment pour en sortir. Près de moi, une vieille femme aux cheveux blancs hirsutes aboie, complètement exaltée, « viens, ô grand seigneur ! Viens donc, ton Père sera fier ! ». J’arrive à distinguer en arrière quatre individus alignés au fond de la salle. Impossible de voir leur visage, ils sont encapuchonnés tels des moines à la robe noire. Ils psalmodient ensemble des imprécations dont je n’arrive pas à saisir le sens.

Le cauchemar arrive à son paroxysme lorsque mon ventre est soumis à une véritable explosion de souffrance. Je n’ose pas regarder, mais j’entends le bruit écœurant d’une flatulence immonde, suivi d’un crissement bestial qui n’a absolument rien d’humain, avant de m’évanouir.



Je reprends connaissance d’un coup, tremblante, choquée par ce que je viens de vivre. Je raconte l’expérience à mes camarades de Coterie. En y repensant, d’autres petits détails me reviennent en mémoire. Je n’ai pas vu les visages, mais il y avait des petits signes qui ne trompent pas : les yeux brillants sous les cagoules, les crocs saillants par-dessus les lèvres souriant cruellement… les quatre personnes du fond étaient des Vampires. Loki réfléchit, et pense à haute voix que ces quatre Caïnites appartiendraient à la lignée des Baali. Je ne connais pas grand-chose sur eux, j’ai encore tout à apprendre, je le reconnais, mais je sais tout de même que leur nom n’est pas très bien considéré chez nous. Sire d’Abbeville précise qu’ils vénèrent Satan en personne. Autrement dit, on a affaire à des hérétiques pour les Humains, et de maudits trouble-fête pour nous, les Caïnites.

Je n’ai pas du tout envie de faire attendre le Prince, et veux l’informer de ce que j’ai vu au plus vite. Loki m’accompagnera. Néanmoins, les autres veulent qu’on aille chercher Venantius. Nous nous séparons donc. Avec le Gangrel, paradoxalement, je me sens en sécurité. Il n’a pas l’air de me considérer comme une ennemie, et son antipathie affichée envers les hommes d’église me plaît. Personne sur le chemin n’osera nous importuner.

La demeure du Prince est une prison qui a été entièrement rénovée et redécorée à la sauce Toréador. Artémon, plus griffonneur que jamais, nous fait entrer dans la salle du trône.

Je l’informe donc de ce que nous avons découvert. Il accuse difficilement le coup, mais garde son calme princier. Il nous remercie poliment. Loki en profite pour lui transmettre un message : le Druide acceptera de le rencontrer à la prochaine pleine lune dans la « Clairière ».

C’est sur ces entrefaites qu’arrivent Léotéric, Baudri, d’Abbeville et Mauvernay, accompagnés d’un petit jeune homme portant le froc d’un scribe. C’est Venantius du Clan Cappadocien. Il n’avait jamais été informé de l’invitation du Prince. Le messager a donc été intercepté. Tout a donc été fait pour semer la zizanie, il semblerait.

Roland de Sury va rester en régence à Montbrezon, pendant que le Prince ira à Paris. Il nous demande de rester vigilants. Némésis ne peut pas être revenu de l’Enfer. Nous avons très probablement affaire à un imitateur.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1243
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 38
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Deuxième missive de Bérénice du Clan Tremere

Message par SPX Spécial le Mer 20 Déc 2017 - 2:20

À l’attention de Maître Alexandro de la Fondation du Cœur Ardent de Delphes

Mon Maître,

Je crains d’avoir mis le Clan dans une situation embarrassante à cause d’une erreur de jugement. En croyant bien faire, j’ai oublié le principe le plus élémentaire d’obéissance à la supériorité hiérarchique, encore que tout est une question de point de vue. Mais ne brûlons pas les étapes. Je vais reprendre mon récit où je l’ai laissé, et vous en jugerez par vous-même.

Sur la demande de l’autorité locale, donc, nous allons enquêter de nouveau au village où eut lieu l’attaque des mort-vivants. Nous sommes accompagnés de Venantius du Clan Cappadocien. Sur place, nous retrouvons le Père Sébastien, qui nous avait mis sur la piste, vous vous en souvenez. Le chevalier Valère d’Abbeville suggère d’envoyer des éclaireurs aux autres villages alentour, afin de vérifier si le fléau a frappé de nouveau.

Notre nouveau camarade du Clan Cappadocien se sent plutôt mal dès notre arrivée. Il perçoit les appels à l’aide et les cris de souffrance des âmes des habitants qui ne sont pas en paix. À sa demande, je l’emmène dans la cave où a eu lieu le rituel de la Pythie. Il se concentre quelques instants, et confirme qu’il s’agit bien d’une magie d’incantation liée au Diable.

Venantius a une idée : invoquer un esprit pour le questionner. Seulement, ces esprits tourmentés risquent fort de se montrer violents. Aussi, il faudra le protéger pendant l’exécution de son rituel.

Le prêtre Cappadocien ramasse le drap souillé et l’emmène sur la place du village. Nous tâchons de déblayer des alentours tous les objets qui seraient susceptibles de servir d’armes aux esprits frappeurs. Puis Venantius pose le drap, s’agenouille, et commence à marmonner en latin. La terre commence à trembler. Des gravillons se rassemblent à quelques mètres du prêtre, une sorte de vague de glaise s’étire du sol, et peu à peu c’est une forme vaguement humaine de trois bons mètres de haut qui se tient devant nous. Le golem de terre lève des poings gros comme des meules, qui prennent chacun la forme d’une tête de massue. Pas mal comme modèle pour une prochaine expérience…

Baudri du Clan Brujah s’avance, épée au clair, et tranche net l’un des avant-bras de la créature monstrueuse. Le Gangrel sort ses griffes et taillade sa jambe, le mettant à genoux. Valère lui sectionne l’autre jambe. Le golem s’écrase au sol juste devant moi et explose, m’inondant de boue de la tête aux pieds.

Le calme revient, les grondements ont cessé, on n’entend plus que les murmures de Venantius. Mais nous ne sommes pas tirés d’affaire pour autant. Je constate, hallucinée, que les cailloux, les gravats, les mottes de glaise se rassemblent lentement autour de nous, et commencent à nous comprimer les pieds. Et Venantius a de la terre jusqu’à la ceinture ! Si la boue le recouvre complètement, il risque de connaître la Mort Ultime : pas par manque d’air, bien entendu, mais comprimé par la force irrésistible de cet esprit !

Baudri court d’une vitesse surnaturelle jusqu’à un tonneau plein d’eau, le saisit et le jette aux pieds du Cappadocien. Son idée est bonne, la terre se ramollit, et on peut sortir le prêtre de cette gangue. Le malheureux est inconscient, en torpeur. J’en conclus que le rituel est quelque peu compromis.

C’est alors que Valère d’Abbeville fouille dans le havresac de Venantius, à la recherche de quelque chose pour le requinquer. Il en sort une fiole qu’il débouche. Une forte odeur de sang imprègne alors toutes les narines, à tel point que je dois me concentrer pour ne pas directement saisir et vider la bouteille. Le chevalier la fourre dans la bouche du prêtre.

Venantius se lève d’un bond, avec un hurlement qui traduit la rage de sa Bête. Il court vers la forêt, déchaîné. Loki et Valère se lancent à sa poursuite. Je reste avec les autres pour faire un peu le ménage. J’en profite pour ramasser discrètement la fiole, restée par terre. Elle contient encore quelques résidus. Le sang qu’elle contenait était décidément très puissant. Du sang de Fée ? De Garou ? Ou encore autre chose ?

Quelques minutes plus tard, d’Abbeville revient, très inquiet. Il nous raconte alors une mésaventure pour le moins surprenante : ils ont rattrapé Venantius qui les attendait simplement. Le Cappadocien a fait un geste, et des entraves sont apparues de nulle part, attachant pieds et poings de mes deux camarades. D’une voix qui n’était pas du tout la sienne, Venantius a ricané, a remercié ses deux poursuivants avant de s’arracher le visage et de filer !

Baudri et Léothéric ne sont pas longs à résumer les implications de ces événements saugrenus : le sang contenu dans la fiole était vraisemblablement celui de Némésis, et son esprit corrompu a infecté celui du pauvre Venantius. Une fois dans un nouveau corps, l’ancien ennemi du Prince s’est appliqué à reprendre son apparence d’antan. Nous avons tous rejoint Loki, en train de traquer sa proie. Il piste les traces de… « Némésis » (je l’appellerai désormais ainsi, Venantius n’est sans doute plus) jusqu’à un endroit où l’herbe est écrasée comme s’il y avait eu lutte.

Nous conjuguons nos efforts pour retrouver le fuyard. Je trouve par terre un osselet, reste d’un petit animal. J’ai alors l’idée d’appliquer dessus le rituel de la Langue de Bois. Et c’est efficace : quelque chose a appelé tous les ossements d’animaux morts et enterrés aux alentours, le tourbillon d’ossements a emporté le ritualiste profondément dans le sol. Nous ne pourrons pas poursuivre plus avant notre ennemi.

La nuit n’est pas terminée, et nous décidons de mettre à profit les quelques heures qui nous restent pour traquer la Pythie. Une investigation dans un village au nord-ouest ne donne rien, hélas. Même si Loki parvient à s’entretenir avec un cheval, pas moyen.

L’horizon commence à s’éclaircir. Nous nous empressons de rentrer au bercail et de nous reposer. Je retourne dans ma boutique, et je fais alors quelque chose dont je ne mesure pas les conséquences dans l’instant : j’enferme dans une boîte solidement verrouillée la fiole vide trouvée dans les affaires de Venantius, avec un mot à l’attention de mon serviteur, celui qui tient ma boutique. Je lui donne l’ordre d’envoyer au plus vite le paquet à la Fondation du Cœur Ardent, à Delphes, afin que vous puissiez l’étudier.

*

Le bruit du marteau de fer frappant le bois de la porte d’entrée de mon échoppe me réveille. La nuit est tombée. C’est un serviteur du château qui vient me chercher, sur ordre de Baudri du Clan Brujah. Une fois en compagnie des cinq autres Caïnites de notre Coterie, la vérité éclate, plus mordante que les crocs d’un fauve affamé : Artémon du Clan Malkavien, le scribe personnel du Prince d’Angerieux, a définitivement quitté cette terre. Il s’est assis à une chaise près de la fenêtre de son bureau, et a attendu le lever du soleil, qui l’a bien évidemment réduit en cendres.

Comment ? Pourquoi ? Même le plus inconscient des Infants de Caïn sait que les rayons du soleil constituent le plus mortel des dangers, et a le réflexe de s’en éloigner au plus vite. Il est temps de tirer cette affaire au clair. Nous nous rendons dans la chambre du scribe. Je pose ma main sur la chaise, et fais appel à la Langue de Bois pour comprendre ce qui s’est passé. L’expérience marche un peu moins bien qu’avec le drap, mais je perçois quelque chose : une conversation calme entre deux personnes dont celle qui se trouve sur la chaise. Soudain, un cri bref, mais fort. Puis la chaise se sent allégée d’un poids.

Léothéric utilise à son tour la Langue de Bois pour interroger de la même façon la table. La vision qu’il en tire est un peu plus claire : en milieu d’après-midi, un individu encapuchonné entre dans la chambre où repose Artémon. Il le réveille. L’autre, surpris, ne semble cependant pas trop indisposé. L’individu masqué chuchote quelque chose à l’oreille du Malkavien. Celui-ci se lève, prend place docilement sur la chaise, et se disperse en cendres quand l’autre ouvre les volets.

Deux solutions à cette énigme nous viennent à l’esprit : ou bien il a été hypnotisé, peut-être sous la Domination, ou bien il a appris quelque chose qui l’a poussé à se laisser détruire par le soleil. Suicide ? Je crois qu’il n’était pas assez pieux pour éviter de provoquer la colère de Dieu, qui interdit de mettre délibérément fin à ses jours, même aux damnés Infants de Caïn qui suivraient Sa parole.

Baudri nous montre alors quelque chose sur le bureau : Artémon avait l’habitude de prendre en note de manière compulsive tout ce qu’il vivait, minute par minute. La dernière entrée de son cahier est « Le jour se lève, je vais me reposer ». Il n’a donc pas pris le temps de prendre en note la visite de ce mystérieux interlocuteur.

La démonstration de Léothéric me rappelle qu’il connaît les secrets du Clan Tremere, et son attitude continue à m’exaspérer. Je décide de mettre les choses au clair avec lui devant les autres : « Nous sommes du même Clan, nous avons intérêt à ne pas nous mettre en concurrence ! » Il ricane. Quand je lui demande ce qu’en penserait le responsable de sa fondation, il se contente de hausser les épaules en répliquant qu’il est son propre maître. Bien ! Un Caïnite avec des pouvoirs de Tremere qui se vante de ne pas être en conformité avec nos principes de hiérarchie ! Soit c’est un traître qui déshonore le Clan Tremere, soit c’est un voyou qui en a volé les secrets.

Mais les autres – et je les comprends – ne sont guère plus indisposés que ça par la situation, préférant rester concentrés sur l’enquête. Baudri suggère à Léothéric d’interroger les volets pour avoir des précisions sur l’apparence de la personne ayant ouvert la fenêtre. La Langue de Bois chuchote à notre camarade la vérité, comme un secret malsain : l’individu qui a réussi à pénétrer dans la chambre d’Artémon avait un foulard qui recouvrait son nez, sa bouche et son menton, mais les yeux et le front étaient dépourvus de peau, comme si on l’avait arrachée. Venantius… en tout cas, l’esprit malin qui anime sa carcasse. Pour avoir infiltré le château en plein jour, bravant le plus mortel des ennemis des Caïnites, et réglé son compte au scribe, il est vraiment très fort !

Il est temps d’agir. Sire Thibault, Léothéric et Baudri partent à Montbrezon faire leur rapport auprès du sénéchal, Roland de Sury. Loki souhaite rencontrer quelqu’un de particulier : l’autorité la plus puissante dans les milieux ténébreux et insalubres où le Prince d’Angerieux peine à se rendre est un ancien Vampire du Clan Nosferatu. Il se fait appeler le « Vénérable ». Valère d’Abbeville le suit, et je décide de les accompagner. Ces deux-là me déplaisent moins que le croisé fanatique et le traître potentiel. En outre, je n’ai pas encore rencontré de Nosferatu, et l’expérience promet d’être intéressante.

Le Vénérable a son repaire dans une mine de fer. L’entrée est gardée par des personnes encagoulées qui nous invitent à descendre, l’un d’eux ouvrant la marche. Nous parcourons d’abord les galeries conventionnelles, puis notre guide nous montre un boyau dissimulé dans un recoin plus sombre. Au bout d’une trentaine de mètres environ, nous arrivons dans une immense salle circulaire, haute de plafond, partiellement éclairée par les rayons de la lune qui filtrent à travers quelques petites crevasses.

Un grand silence nous étouffe. Le bruit de gouttes d’eau sur le calcaire fait écho, le vent souffle légèrement à mes oreilles, et j’entends le léger froissement d’aile d’une chauve-souris. Tant de petites choses qui finissent de donner un aspect irréel au spectacle qui se tient devant nous, au centre de cette caverne, et qui mobilise immédiatement toute mon attention. Je pensais m’être préparée au pire, mais rien ne pouvait me permettre d’anticiper ça.

Le cœur du domaine du Vénérable est là : un immense trône de pierre dans lequel des statues de squelettes, de rats, de gargouilles ont été sculptées avec une précision à la fois stupéfiante et morbide. Mais le plus déroutant est l’être qui se trouve assis dessus. Mon maître, vous m’expliquâtes que les Infants d’Absimiliard étaient tous frappés d’une malédiction déformant monstrueusement leur corps, révélant au grand jour leur Bête. Mais je ne pourrai décrire cette figure au visage complètement dissimulé par un lourd capuchon. Je devine cependant une stature particulièrement musclée, serrée dans des vêtements de cuir renforcé par-dessus sa robe noire. Un lourd crucifix pend à la corde qui lui sert de ceinture, et à la portée de sa délicate main gantée, une lourde hache de bourreau qui semble aiguisée au point de couper net en deux un moucheron qui se poserait sur son tranchant.

Il ne dit pas un mot, se contente de faire un petit geste engageant vers nous. Valère d’Abbeville reste imperturbable. Souriant, il prend l’initiative de se présenter, et de nous présenter ensuite. Puis il raconte au Vénérable la fin d’Artémon, et ce qui est arrivé à Venantius. Valère ne sait pas quoi dire au sujet de la fuite du Cappadocien. C’est alors que je me permets d’intervenir : tâchant de ne pas bredouiller devant cet individu si impressionnant, je lui raconte l’expérience que j’ai vécue avec l’osselet, et donc le moyen qu’a trouvé le fuyard pour nous échapper.

Le Vénérable fait un geste de la main. Nous entendons alors un petit bruit de grattement, et les couinements caractéristiques d’un rat. Le petit rongeur sort d’un trou et court vers le trône. Puis un deuxième approche, suivi d’une demi-douzaine. En quelques instants, ce sont des milliers de rats qui sont massés aux pieds du Nosferatu. Il lève un doigt, et aussitôt tous les rats se taisent. Il tend une main gantée, laisse un rat s’installer sur sa paume, et le porte jusque devant son visage. Des ténèbres sous la capuche s’échappent quelques sifflements, des cliquètements et des grincements. Il repose le rongeur sur le sol, et tous les rats se dispersent, quittant la salle en moins d’une dizaine de secondes.

Une voix caverneuse, grave comme la langue de bronze du clocher d’une cathédrale, murmure : « Voilà. Si Venantius, ou quelle que soit son identité, a le culot de pénétrer dans ma mine, je le saurai immédiatement. Et lui n’aura pas le temps de le regretter. »

La conversation reprend, cette fois dans les deux sens. Le Nosferatu n’était pas au courant pour cette fâcheuse « réincarnation ». En revanche, l’histoire de la fiole lui rappelle sa propre histoire, qu’il consent à nous raconter.

Némésis du Clan Cappadocien régnait sans partage dans le périmètre qu’on appelle aujourd’hui le « Forez » depuis des centaines d’années. C’était un vrai démon, terrible, impitoyable et tyrannique, dont la noirceur finissait par déteindre sur le peuple, la faune et la flore. Une nuit, il y a environ une cinquantaine d’années, trois Caïnites ont décidé qu’il était temps de passer à autre chose : Landre d’Angerieux du Clan Toréador, le Druide du Clan Gangrel et le Vénérable du Clan Nosferatu. Les trois Vampires ont affronté le Cappadocien à tour de rôle. Le Vénérable a été le premier à se battre. Némésis était un adversaire redoutable, et a mis hors de combat le Nosferatu. Le Vénérable n’a pas assisté au reste du combat. Quand il a repris ses esprits, il a vu Landre d’Angerieux, triomphant, l’épée levée au-dessus de la dépouille massacrée de Némésis.

Au terme de cette effroyable nuit, les trois Caïnites ont forgé un pacte par le sang. Chacun d’eux a placé un peu de sa vitae dans une bouteille, ainsi que le sang de Némésis, et les quatre fioles ont été rangées dans une boîte scellée par un certain Ezio du Clan Tremere, qui a supervisé l’affaire. La cassette se trouverait dans un lieu connu du Prince Toréador seulement. Et pourtant… cette fiole n’a pas pu atterrir toute seule dans le havresac de Venantius !

Loki demande alors au Vénérable de nous révéler ce qu’il sait de Némésis. Le Nosferatu nous parle alors du mortel qui allait hanter le Forez. Avant de connaître l’Étreinte, Némésis était un chamane gaulois d’un culte païen d’origine celte. Lorsque les Romains sont arrivés en Gaule et ont imposé leur mode de vie, ils ont capturé le druide, l’ont écorché vif et l’ont laissé crever dans la forêt. Mais le passage d’un Caïnite a fait basculer la situation. Quelques nuits plus tard, le centurion de la garnison locale a eu la terreur de sa vie en voyant revenir sa victime, dépecée, mais bien debout, une lueur de rage folle dans les yeux. La créature a alors massacré toute la garnison avant d’arracher les organes du centurion. Némésis a pris le contrôle de la région en moins d’un an. Il n’est cependant pas sûr qu’il soit un Cappadocien. Certes, il connaît la Nécromancie, ce qui implique d’avoir été Étreint par un Cappadocien. Mais peut-être qu’il a volé ce secret ? Peut-être qu’il a été changé en Vampire par un apostat au Clan ? À moins qu’il ne soit lui-même un traître ? Quoi qu’il en soit, le Clan Cappadocien le rejette. Aujourd’hui, après cent cinquante années d’absence, le pouvoir de sa vitae s’est grandement affaibli, mais plus nous laisserons le temps passer, plus il se fortifiera, plus il sera difficile de l’arrêter.

Je me permets alors de prendre la parole pour demander au Nosferatu s’il a quelque chose à nous dire au sujet des Baalis. Il nous conseille de nous adresser aux Vampires du Clan Ravnos. Comme nous, les Tremeres, ils sont considérés comme un bas Clan. Comme nous, ils ont bien plus de ressources que les Clans nobles soupçonnent. Contrairement à nous, ils dilapident leur patrimoine. Mais ils sont très attachés aux superstitions, aux prophéties et aux folklores. Nous devrions aller voir la communauté gitane du coin, ils auraient peut-être quelque chose à nous apprendre sur la Pythie. Quant aux Baalis eux-mêmes, ils raffolent des lieux de cultes chrétiens abandonnés afin de mieux les profaner.

Le Vénérable nous dit qu’il n’a rien de plus à nous apprendre pour le moment, mais nous assure de son soutien en cas de besoin, à condition qu’on continue à le respecter. Avant qu’on ne prenne congé de lui, il nous donne un dernier conseil : il connaissait suffisamment Artémon pour être au fait de ses petites manies et de la complexité de son esprit tourmenté. Il avait des notes sur tout et sur absolument tout le monde dans ses cahiers. Or, soucieux de garder pour lui les choses les plus inavouables, il avait pris l’habitude de coucher sur des feuilles volantes les secrets compromettants les plus brûlants. Trouver ces notes serait sans doute très constructif. Mais où ? Dans ses appartements ? Non, Artémon avait l’habitude de se rendre dans une petite abbaye en particulier. Peut-être qu’il ne se contentait pas d’y laisser le poids de ses péchés au terme d’une confession ? Le Nosferatu conclut par une thèse qui ne nous était pas venue à l’idée : si le Malkavien s’est laissé brûler au soleil sans avoir pris note de sa visite nocturne, c’est parce que, pour la première et dernière fois de sa non-vie, il était serein. Les mots de Venantius/Némésis auraient apaisé son esprit tourmenté, et ayant enfin la satisfaction d’avoir résolu tous ses problèmes, Artémon aurait accueilli la Mort Ultime à bras ouverts. Ces Malkaviens…

C’est sur cette réflexion que je regagne mon laboratoire pour me reposer.

*

La lune est haute dans le ciel printanier quand je sors de mon petit repaire. Je sens qu’elle présage une nuit plutôt lourde en événements. Et j’en aurai rapidement la confirmation quand je retrouve la Coterie au complet devant le sénéchal Roland de Sury. Il a l’air encore moins jovial que d’habitude.

Le serviteur de Valère d’Abbeville, resté en retrait, a quelque chose de changé, mais je n’arrive pas à définir quoi. Le chevalier explique discrètement, mais non sans une certaine fierté qui fait briller ses yeux bleus, qu’il a « corrigé les défauts » de sa goule. Un seul Clan est capable de faire ça : le Clan Tzimisce, les seigneurs des montagnes de l’Est qui pratiquent l’art étrange du remodelage de la chair. Ce Clan, vous me l’avez appris, est perpétuellement en lutte contre le nôtre. Je devrais par conséquent m’éloigner de lui le plus possible, mais je n’en fais rien. En effet, ce n’est pas pour autant que mon opinion à son sujet se dégrade. Jusqu’à présent il a toujours été correct, et ne me paraît pas être un fanatique prêt à transformer en horreur tout ce qu’il touche… ou alors, c’est un fieffé coquin manipulateur ! Le fait qu’il soit bien français, avec un nom du pays et aucun accent des royaumes de l’Est, confortent mon opinion en ce sens.

Le sénéchal nous explique qu’il est las du laxisme du Prince d’Angerieux, et qu’il va remettre de l’ordre. Il exige d’abord qu’on lui remette la fiole de sang trouvée sur Venantius. C’est là que j’avoue mon initiative. Certains membres de ma Coterie ricanent, d’autres soupirent d’exaspération, et pas un ne me soutient ouvertement. En même temps, je ne peux pas leur en vouloir. Furieux, Sire Roland est clair : d’une manière ou d’une autre, la fiole doit être entre ses mains la nuit suivante. Le contraire risquerait de m’être vraiment préjudiciable.

Je n’ai alors rien répondu, mais pas par peur pour ma peau. Je n’ai pas peur de ce Ventrue. Je sais que s’il me fait quoi que ce soit sans votre approbation, il y aura dix Tremeres qui viendront lui demander des comptes. Le problème est qu’il peut avoir raison : j’aurais dû en référer à lui avant de prendre cette initiative. Ce qui me fait peur, c’est la réputation du Clan Tremere qui pourrait en souffrir par ma faute ! D’un autre côté, j’ai prêté serment auprès du Prince Landre d’Angerieux, pas de Sire Roland.

Je maudis tout ce qui s’est passé la nuit précédente autour de Venantius. Mais comment ce petit Cappadocien s’est retrouvé avec une fiole du sang de Némésis ? Et comment Némésis a-t-il pu commencer à semer la zizanie sur le domaine avant d’être dans le corps de Venantius ? C’est vrai, les ennuis ont commencé avant même notre arrivée – souvenez-vous du témoignage du Père Sébastien, aux ouailles hérétiques. Quelqu’un d’autre avait-il déjà goûté au sang maudit et corrupteur ?

Fort heureusement, Roland de Sury a d’autres priorités. Il nous annonce que l’Abbé Séverin s’est rendu coupable de trahison, en se livrant à des expériences secrètes vraisemblablement hérétiques qui ne seraient pas étrangères au retour de Némésis. Je n’ai pas retenu les détails, mais la nouvelle m’enchante. Si on le mène au bûcher, cette fois, je serai au premier rang ! Roland de Sury insiste sur le fait de remettre de l’ordre dans « son » comté.

Valère d’Abbeville s’inquiète à voix haute pour les trois fioles restantes. Roland de Sury n’en a cure, et nous ordonne de nous rendre au prieuré de Pommiers-en-Forêt, là où habite l’Abbé Séverin. Sire Revan de Saint-Esteve dit « Le Pieux » nous accompagnera. Déjà armé de pied en cap, il est impatient d’en découdre. Avant de partir, toutefois, je prends quelques minutes pour tenter de réparer mon erreur et sauver ma peau : j’écris un lettre à Héloïse, votre Infante et ma Dame, dans laquelle je lui explique brièvement la situation, et lui implore de renvoyer la fiole au plus vite. Puis nous partons traquer l’hérétique.

Après une brève chevauchée, nous nous retrouvons devant le prieuré de Pommiers-en-Forêt. Cet établissement est géré par les moines de l’ordre de Saint-Benoît. Sire Revan enfonce la porte avec un grand cri de rage, mais aucune réaction ne répond à cette violence. Dans la cour, on ne voit personne, et on n’entend personne, non plus. Sire Revan continue ses provocations, tout en faisant des moulinets avec son épée. Il règne toujours un silence de mort, simplement perturbé par le bruit des gouttes de pluie qui s’écrasent sur les heaumes des combattants.

Soudain, Léothéric se jette à terre, évitant de justesse un carreau d’arbalète. Je sens une pointe d’acier me percer le flanc. Heureusement, étant une Caïnite, je n’en sens qu’une douleur minime. Je dois cependant prendre le temps de retirer le projectile. Le Pieux se précipite dans le bâtiment, nous restons sur ses talons. À l’intérieur, nous nous retrouvons dans un long couloir, décoré de statues de pierre représentant des anges armés d’épées de part et d’autre du chemin. Sire Revan est à l’arrêt, devant un phénomène particulièrement déstabilisant : c’est une sorte de nuage noir comme de l’encre, à la consistance à mi-chemin entre la brume et le mercure, avec des volutes plus épaisses qui apparaissent de temps à autre. Je reconnais immédiatement l’utilisation de la discipline de l’Obténébration, propre aux Infants de Lasombra. Séverin est bien face à nous !

Sire Revan se jette en avant avec un cri de guerre. Léothéric fait alors de grands gestes. Un raclement retentit, et trois des statues d’ange descendent lentement de leur socle pour se jeter dans cette purée de pois. Des crissements, des bruits d’éclatement et quelques morceaux de statue catapultés hors du brouillard ténébreux me laissent à penser que si l’idée était bonne, le résultat n’en a pas été satisfaisant. Les ténèbres s’engagent de plus en plus dans le couloir. La discipline d’Auspex me permettra de ne pas être trop déroutée. On n’entend plus Sire Revan, à mon avis, il a déjà été taillé en pièces. Quelque chose est éjecté du nuage et s’abat sur les pavés de pierre dans un grand fracas métallique : le bouclier du Pieux.

La voix du chevalier retentit à travers le nuage. Cela nous donne un coup de fouet. Léothéric anime trois autres statues, tandis que Loki sort ses griffes et fonce en avant. Valère d’Abbeville, Thibault et Baudri se lancent à leur tour. Je les suis à tâtons. Nous arrivons sans trop d’encombre dans la chambre de l’Abbé Séverin. Les ombres et la brume se dissipent peu à peu, mais aucune trace de l’Abbé. Frustré, le Pieux renverse toutes les pièces du mobilier à la recherche de quoi que ce soit pour nous aider. Il finira par dévoiler un escalier caché derrière une tapisserie, qui mène à la cour. J’entends alors la voix suave de Valère. Le Tzimisce murmure une formule dans une langue que je n’entends point. Une sorte d’incantation ? Un rituel ? Quelque chose qui lui permet de révéler un tunnel souterrain, dans lequel il s’engage, moi à sa suite.

Le passage secret mène à une petite chambre pleine de documents rédigés en italien. Je ne sais pas parler cette langue, mais je connais un rituel qui me permettrait de traduire n’importe quelle langue, à condition d’y consacrer beaucoup de temps. Je ramasse donc les documents et les fourre dans ma sacoche. Quand nous remontons, nous voyons que les autres ont capturé un moine. Et nous voyons, sur le pas de la porte principale, l’Abbé Séverin, un sourire goguenard aux lèvres. Le temps de nous lancer une dernière pique, il disparait complètement dans un nuage de fumée. Le Pieux crie de rage, mais est bien obligé d’accepter les choses.

Quand nous faisons notre rapport au sénéchal, celui-ci déboîte la mâchoire de Sire Revan d’un coup de poing. Dents serrées, canines apparentes, yeux brûlants, il ordonne la soumission à l’interrogatoire de notre prisonnier monacal. Puis il nous annonce une nouvelle fort peu réjouissante : une missive du Prince d’Angerieux lui est parvenue, dans laquelle il annonce la venue de quelqu’un pour seconder le sénéchal. Cette personne est sa propre Infante, « Elle » du Clan Toréador. « Elle » a la réputation d’être une belle femme, mais d’avoir la beauté du Diable. Bien plus expéditive que son Sire, elle est du genre à faire les choses en grand. Sa dernière intervention a laissé un souvenir impérissable : envoyée pour éliminer une dizaine de Cathares, elle n’a pas hésité à incendier une quinzaine de villages pour ça.

Mes camarades de Coterie disposent chacun de leur côté, sur ces entrefaites. Quant à moi, je me retire dans mon laboratoire. Préparer quelques potions et cataplasmes me permet d’oublier en partie la situation périlleuse dans laquelle mon initiative m’a embourbée.

J’espère sincèrement pouvoir récupérer la fiole et la rendre au sénéchal. Mon Clan importe plus que ma vie, mais je vous avoue que je redoute la Mort Ultime. Je me soumettrai à votre jugement. Si vous estimez que je mérite un châtiment, je l’accepterai, quel qu’il soit. S’il reste en vous un soupçon de confiance à mon égard, je ferai tout pour l’entretenir et rattraper cette erreur. Quoi qu’il en soit, ma fidélité au Clan Tremere ne sera jamais altérée par qui ou quoi que ce soit !

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1243
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 38
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par altamaros le Mer 20 Déc 2017 - 9:51

SPX Spécial a écrit:Il est temps d’agir. Sire Thibault, Léothéric et Baudri partent à Montbrezon faire leur rapport auprès du sénéchal, Roland de Sury. Loki souhaite rencontrer quelqu’un de particulier : l’autorité la plus puissante dans les milieux ténébreux et insalubres où le Prince d’Angerieux peine à se rendre est un ancien Vampire du Clan Nosferatu. Il se fait appeler le « Vénérable ». Valère d’Abbeville le suit, et je décide de les accompagner. Ces deux-là me déplaisent moins que le croisé fanatique et le traître potentiel. En outre, je n’ai pas encore rencontré de Nosferatu, et l’expérience promet d’être intéressante.
je crois que c'est Valère qui a voulu rencontrer le Vénérable.

SPX Spécial a écrit:Le serviteur de Valère d’Abbeville, resté en retrait, a quelque chose de changé, mais je n’arrive pas à définir quoi. Le chevalier explique discrètement, mais non sans une certaine fierté qui fait briller ses yeux bleus, qu’il a « corrigé les défauts » de sa goule. Un seul Clan est capable de faire ça : le Clan Tzimisce, les seigneurs des montagnes de l’Est qui pratiquent l’art étrange du remodelage de la chair. Ce Clan, vous me l’avez appris, est perpétuellement en lutte contre le nôtre. Je devrais par conséquent m’éloigner de lui le plus possible, mais je n’en fais rien. En effet, ce n’est pas pour autant que mon opinion à son sujet se dégrade. Jusqu’à présent il a toujours été correct, et ne me paraît pas être un fanatique prêt à transformer en horreur tout ce qu’il touche… ou alors, c’est un fieffé coquin manipulateur ! Le fait qu’il soit bien français, avec un nom du pays et aucun accent des royaumes de l’Est, confortent mon opinion en ce sens.
Alors non pour deux choses :
1° mon serviteur peut apparaître changé : ok, c'est l'objectif de mon travail mais en aucun cas je ne dirais à qui que ce soit que j'ai "corrigé ses défauts". Au plus, je vous dirais que vous vous faites des idées ou que mon serviteur gagne en prestance de par ma fréquentation. Valère s'abstient soigneusement de faire quoi que ce soit qui puisse révéler son appartenance de clan vu qu'il y a très peu de Tzimisce dans le coin et que ça risquerait de l'isoler.

Par contre, vous m'avez entendu marmonner et incanter donc à voir avec le Mj si tu peux identifier ça comme de la magie et en prime comme de la magie koldunique.

2° Valère n'a aucune envie que sa goule se fasse dominer ou influencer ou autre truc du genre (c'est SA goule), donc il tient Valentin à l'écart des autres vampires, la coterie y compris. Donc je ne pense pas qu'il ait été là lors de l'audience avec St Esteve.

Et un dernier point :


SPX Spécial a écrit:ou alors, c’est un fieffé coquin manipulateur !
avatar
altamaros

Messages : 403
Date d'inscription : 25/08/2014
Age : 45
Localisation : Alfortville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par SPX Spécial le Mer 20 Déc 2017 - 10:15

Ben alors, où est passé ton sens de l'humour ?

Laughing

Sérieusement, je rappelle qu'effectivement, j'écris ces courriers avec l'idée qu'ils seront lus par les autres. Ce qui signifie que certaines réflexions personnelles ou idées restent à l'intérieur du cerveau de Bérénice et ne seront pas couchées sur le papier.

Bérénice n'a pas arrêté de dire "Valère a l'air réglo", "Son nom et son manque d'accent prouvent que ce n'est pas un type qui vient des provinces de l'Est infestées par les Tzimisces les plus infâmes"... on peut se permettre une petite pointe ironique !

(Bon sang, pendant que j'écris ce message, j'ai Heath Ledger qui me fait mal aux yeux à force de clignoter et de taper dans ses mains. Je ne te remercie pas ! Wink )

Pour ce qui est des autres remarques, je comprends tout à fait. Cette partie a été très riche, et je n'ai pas bien retenu tous les détails. Je repense aussi à Sire Thibault, je pense quand même qu'il a fait un peu plus de choses que ce qui est décrit ici, non ?

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1243
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 38
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par altamaros le Mer 20 Déc 2017 - 10:18

ah mais je rigole beaucoup Very Happy
avatar
altamaros

Messages : 403
Date d'inscription : 25/08/2014
Age : 45
Localisation : Alfortville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Troisième missive de Bérénice du Clan Tremere

Message par SPX Spécial le Mer 13 Juin 2018 - 22:42

À l’attention de Maître Alexandro de la Fondation du Cœur Ardent de Delphes

Mon Maître,

Je viens de m’apercevoir que j’avais oublié de préciser quelque chose, au cours de ma dernière missive : un nom en particulier revient régulièrement : Ezio du Clan Tremere. Tiens, tiens… Celui qui a scellé la boîte aux fioles ? Remarquez, vu tout ce qui arrive en ce moment, ma distraction s’explique au moins en partie. En effet, nous vivons des heures pour le moins mouvementées.

Quand j’ouvre les yeux, je suis de mauvaise humeur. Entre les menaces de Roland de Sury et la faim qui me tenaille, la nuit est mal partie. Et ce n’est qu’un début. En effet, une agitation s’est emparée du château tout entier. Une troupe de soldats forte de plus d’une centaine d’individus est en arrêt devant le domaine. Je n’en ai cure, cependant, je prie pour qu’un paquet m’attende au laboratoire. Et ma prière est exaucée, il y a effectivement une boîte avec la fiole à l’intérieur sur mon bureau. Soulagement ! Je vais chercher aussitôt l’une des goules personnelles de sire Roland de Sury. Je lui intime de ne remettre la boîte qu’à Roland, et personne d’autre, en lui signifiant qu’un résultat autre que « Roland de Sury a la boîte au plus vite » serait considéré comme de sa responsabilité. Pas le temps d’être gentille, je reste supérieure à cette goule, et c’est ma tête qui est dans cette boîte !

Une fois cette course faite, je tâche de me rendre à mon tour sur le rempart pour voir de mes yeux cette histoire d’hommes d’armes. Et effectivement, il y a une impressionnante troupe armée à nos pieds. Un homme en particulier s’avance, à cheval. Il porte une bannière représentant une croix blanche autour de laquelle est enroulée une rose, sur fond noir. L’homme en armes nous ordonne d’ouvrir. Il se présente comme étant Sire Friedrich Kaiser de l’Ordre de la Rose Écarlate, le tout avec un fort accent allemand. Baudri le forgeron nous chuchote que cet ordre a été fondé à Paris, et se serait spécialisé dans la chasse au païen.

Kaiser entre en grandes pompes. Il précise qu’il est un serviteur de la Comtesse Adélaïde, la nouvelle autorité en place, et demande qui est en charge du domaine. Messires Valère et Thibault s’avancent. Le discours que leur fait le nouveau venu confirme mes premiers soupçons : nous avons affaire à un nouveau serviteur zélé du Seigneur.

Kaiser nous montre un document officiel stipulant que la Comtesse Adélaïde, Infante du Prince Landre d’Angerieux, est désormais la nouvelle régente du domaine, son Sire étant manifestement destitué de ses fonctions par qui de droit. Je demande timidement la raison de ce changement, Kaiser me répond que le Toréador est accusé d’incompétence, considérée à son niveau comme de la trahison. Kaiser a été nommé sénéchal, et désigne Thibault comme le nouveau capitaine. Qui se ressemble s’assemble, dit le proverbe.

Toute l’assemblée refait la décoration aux couleurs de l’Ordre de la Rose Écarlate, en prévision de l’arrivée imminente de la Comtesse. Au passage, j’apprends enfin une bonne nouvelle. Roland de Sury a été également déclaré traître, et est recherché. Je ne me fais pas d’illusion sur cette possibilité, mais j’aimerais beaucoup pouvoir profiter de l’occasion pour offrir à cette Comtesse un cadeau digne d’elle, comme une nouvelle Gargouille.

Avant l’arrivée de la Comtesse, Thibault fait un discours édifiant sur la persévérance, le courage et la droiture. De mon côté, je retrouve le serviteur et lui demande de ramener la fiole, avec mes excuses. Après tout, je doute que Roland de Sury s’y intéresse, à présent.

Enfin, la Comtesse Adélaïde du Clan Toréador fait son arrivée. Parée de ma plus belle robe, je suis subjuguée par cette jeune femme d’une beauté indescriptible. Landre d’Angerieux sait choisir sa descendance avec beaucoup de goût ! Tant de majesté se dégage de cette Fille de la Nuit, on croirait la voir flotter plus que marcher. Même ses dames de compagnie, pourtant ravissantes, paraissent plus fades que des natures mortes. Baudri semble moins sensible, ou en tout cas il ne le montre pas d’une manière appropriée, il tousse bruyamment. Kaiser ordonne alors avec fureur la mise à genoux générale. J’obéis immédiatement. Valère murmure auprès de la Comtesse des excuses pour le forgeron.

La Comtesse appelle alors Thibault, et lui demande de présenter « ses gueux ». J’ai l’impression qu’elle veut imposer une discipline de fer en définissant clairement la place de chacun. Nous nous présentons l’un après l’autre, Kaiser en profite pour glisser une petite pique à mon égard.

Sire Revan de Saint-Estève entre dans la salle du trône, et se présente à son tour, genou à terre. Il demande la permission de gérer le prieuré de l’abbé Séverin, à Pommiers-en-Forêt. Sire Thibault s’y oppose fermement, refusant de voir les templiers s’installer si près. La Comtesse n’apprécie pas cette contestation. Thibault se justifie, craignant de voir des pions de l’abbé Séverin parmi les templiers restants. Avec la permission d’Adélaïde, Revan choisit cinq gardes.

J’entends alors un tout petit bruit. Des rats. L’image de l’impressionnante créature dans sa caverne me vient immédiatement en tête. Et la suite me donne raison : bientôt toute une masse de rats se bouscule au milieu de la pièce, sous les cris épouvantés. Les rongeurs se rassemblent tous pour créer une forme de plus en plus humanoïde. En un éclair, l’imposante silhouette encapuchonnée du Vénérable du Clan Nosferatu. Celui-ci s’agenouille difficilement devant la Comtesse. Sa voix de stentor résonne alors qu’il se présente poliment. Il ôte sa capuche, révélant un visage passablement regardable, pas du tout aussi épouvantable que je pensais. En même temps, les Nosferatus sont connus pour être capables de tromper les sens des autres, notamment sur leur apparence. Enfin, après un dernier salut, il disparaît de la même façon qu’il est apparu. Il a le sens du spectacle pour un Nosferatu !

Le père Sébastien, à moitié mort de peur, souhaite se présenter lui aussi, mais est rapidement éconduit par l’un des soldats.

Sire Kaiser redéfinit publiquement les rôles.

- Il s’approprie le titre de Sénéchal.
- Thibault devient le Gardien de l’Elysium
- Valère d’Abbeville est nommé Prévôt

La Comtesse ordonne qu’on retrouve Roland de Sury. Elle suggère à Valère d’avoir un « chien » pour l’aider dans ses recherches. Loki, se sentant visé par l’insulte, répond calmement mais fermement. Adélaïde lui ordonne de s’agenouiller, ce qu’il refuse. C’est à ce moment-là que le serviteur de Sury m’apporte la boîte avec la fiole dedans, devant tout le monde ! Heureusement que Valère détourne l’attention de la Comtesse. Elle nous ordonne de ramener le Ventrue en cavale.

Une fois cette première entrevue terminée, j’invite tous mes camarades de Coterie à se rassembler dans mon laboratoire. Je retrouve Valère, Thibault et Loki. Je leur présente la fiole en disant : « Voilà ! Je l’ai récupérée, maintenant il faut me dire ce que je dois en faire ! » Valère la porte à son nez, et annonce que le sang à l’intérieur est du sang de bœuf. Une fois de plus, j’ai été doublée, une fois de plus, je me sens ridiculisée devant tout le monde ! La Bête s’agite fermement en moi, fort heureusement je parviens à la maîtriser.

Gardant mon calme et mon professionnalisme, je me concentre pour écouter ce que la fiole pourrait m’apprendre. Les images se succèdent, les sons résonnent à mes oreilles, et je distingue ce qui s’est passé.

Le serviteur est dans la campagne, sur un chemin. Le soleil brille, les oiseaux chantent, on est en plein jour. Soudain, quelqu’un frappe par derrière le mortel qui s’effondre, lâchant son précieux butin. Un étrange personnage approche de la boîte. Il est très grand, filiforme, habillé de couleurs sombres. Un masque dissimule son visage, mais on distingue des yeux bleus étincelants. Il ouvre la boîte, en sort la fiole, et la remplace par celle qui vient de me ridiculiser publiquement.

J’ouvre brutalement les yeux en entendant des cris terrifiés. La Comtesse doit être en train de s’amuser à sa façon. Valère d’Abbeville court la rejoindre, la suite m’est indifférente. Quoi qu’il en soit, j’ai une piste, aussi faible soit-elle. Je demande à Loki s’il pourrait pister l’odeur de l’individu sur la fiole. Il ne prend pas la peine de me répondre, se contente de me jeter un bref regard méprisant.

Baudri vient alors me chercher. Apparemment, les gens d’armes de la Comtesse sont partis à la chasse aux Gitans. D’après le forgeron, mes talents de thaumaturgie pourraient être utiles. Valère et Thibault sont déjà partis, quant à Loki, il est parti de son côté se nourrir. Je pars donc avec Léothéric et Baudri. Nous arrivons au camp de Gitans, où le Tzimisce et le Ventrue sont déjà sur place. Valère, Thibault et Léothéric partent traquer Roland de Sury.

Sire Kaiser mène l’assaut sur le camp. Ses hommes boutent le feu au camp, et massacrent tous les fuyards, hommes, femmes et enfants. Quel gâchis ! Encore un carnage d’innocents fait au nom de ce Dieu d’Amour et de Paix. Au bout de longues minutes de cris et d’éviscérations, sur les quarante personnes qui peuplaient le camp, il n’en reste plus que trois : un couple et leur petite fille. L’homme est le dirigeant du camp. Ils sont emmenés pour interrogatoire. Je le vois venir gros comme une maison… Écœurée, je ne manque pas de lancer une pique à Kaiser sur « tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Bien entendu, le Brujah rétorque que ça ne s’applique pas aux Gitans. Quelle étonnante surprise…

Valère et Thibault nous rejoignent, sans Roland de Sury. En revanche, ils ont ramené le cadavre d’un messager de la Comtesse, sans doute celui envoyé pour annoncer son arrestation. Les deux Caïnites ajoutent qu’ils ont rencontré une Pythie au passage. Là-dessus, sire Kaiser passe sa colère sur le corps inerte du messager qu’il déchire en morceaux devant nous. L’horizon rosit au loin, il est temps de retourner à Montrond-le-Fort.

*

La nuit tombe de nouveau sur le Forez. Nous sommes tous présents, sauf Loki. La Comtesse Adélaïde semble de mauvaise humeur. Elle nous reproche la fuite de Roland de Sury. La température descend davantage quand sire Thibault sous-entend qu’elle ne nous a pas donné suffisamment de moyens. Valère d’Abbeville rajoute une petite pique qui lui vaut l’ordre de débarrasser le plancher.

Sire Kaiser fait alors entrer les trois Gitans capturés la veille. Le Brujah menace l’homme d’arracher les bras de son enfant pour le faire parler. Ce brave Chrétien est pire qu’un animal sauvage. L’homme, terrifié, avoue qu’une certaine Eva dirigeait un petit groupe formé au larcin, groupe parti à Montbrezon la veille. Baudri fait allusion à la Pythie. Cela n’évoque rien au père, en revanche sa fille dit avoir déjà vu une vieille femme en haillons aller et venir dans la roulotte d’Eva.

Le verdict tombe : les parents vont être pendus, et la Comtesse compte garder la petite pour « jouer avec ». Je suis une Caïnite, et de ce fait supérieure aux mortels, leur sort devrait m’être aussi indifférent que celui du gibier dont je me nourrissais avant ma mort, mais je tiens à garder une petite part de conscience afin de ne pas laisser la Bête me guider. Et maintenant, je m’en félicite quand je vois jusqu’où la Bête peut nous emmener. Autant Roland de Sury était un chefaillon arrogant, autant ces gens-là sont de vrais monstres. J’ai du mal à croire que Landre d’Angerieux ait choisi délibérément d’Étreindre une personne comme la Comtesse, et de la laisser se conduire ainsi.

Requête est envoyée au Prince de Paris pour lancer une Chasse au Sang contre Roland de Sury du Clan Ventrue, déclaré anathème. Parallèlement, on envoie une requête à Sire Revan pour traquer la Pythie. Je suis un peu peinée pour lui, je suis sûre qu’il aurait voulu ramener Roland de Sury lui-même par le fond des chausses.

Des hommes amènent à la Comtesse le coffre au trésor du comté. Celui-ci n’est pas plein, ce qui contrarie encore la Toréador. Elle siffle de colère quand elle entend les légers couinements de rats qui s’amplifient progressivement. Nous n’avons aucun mal à comprendre que le Vénérable s’apprête à nous rendre une nouvelle visite.

Le Nosferatu propose poliment son aide à la Comtesse. En guise de gage de confiance, il présente à Dame Adélaïde un cadeau. D’un geste, il appelle ses serviteurs qui amènent Roland de Sury, couvert de chaînes. Le Vénérable explique que le Ventrue était en fuite vers le Fief de la Croix Noire, vers l’est. J’ai du mal à cacher ma jubilation, et c’est là que je me permets d’élever la voix : je propose à la Comtesse une « idée qui l’amusera et qui permettra d’en apprendre sur la condition vampirique ». Roland de Sury se montre bien moins posé, et multiplie les insultes. Chante, petit moineau… Si la Comtesse approuve ma condition, tu prieras de toutes tes forces pour qu’on t’exécute comme tu le mérites.

Quand la Comtesse me reçoit seule à seule, je lui explique mon idée. Elle m’autorise à écrire une missive à Dame Héloïse, qu’elle vérifiera. Voici le texte que je lui ferai parvenir l’heure suivante :

« Ma Dame,
« Notre Clan est toujours avide de découvertes afin de faire progresser les Enfants de la Nuit. »
« L’une des plus grandes fiertés du Clan Tremere est la conception et l’utilisation des Gargouilles. Je vous propose l’opportunité d’en fabriquer une nouvelle d’un genre nouveau. Vous m’enseignâtes que les principales sources de matière première étaient les Clans Tzimisce et Gangrel, c’est connu. Or, la Comtesse, qu’elle en soit remerciée, m’a donné l’autorisation de pratiquer cet artisanat sur un traître au Duché de Forez, un Ventrue renégat du nom de Roland de Sury, déclaré anathème par sa Grâce. »
« Bien entendu, je n’ai aucunement prétention de réussir une telle opération. Mais je vous invite à venir par vous-même accomplir cette besogne afin d’en retirer tout l’enseignement que nous pourrons, pour la gloire du Clan et pour le bienfait de la Comtesse. J’espère en apprendre moi-même sur cette science que je ne connais que de nom. »
« Je vous remercie pour votre diligente réponse, ma Dame. La Comtesse appréciera votre aide à sa juste valeur. »

Alors que je mets la main sur un serviteur pour lui faire porter la missive à ma Dame, j’apprends que des rumeurs circulent dans le village. Les démonstrations du Vénérable, les gens en armes, les cris qu’on a pu entendre depuis la nuit dernière laissent à penser aux mortels que le lieu est maudit, et que la colère de Dieu ne tarderait pas à s’abattre sur le Forez. De mieux en mieux. Mais cette nuit-là sera pauvre en action, et je passerai le reste des heures sombres à faire les comptes de mon échoppe.

*

Le lendemain soir, la Comtesse nous reçoit tous, à l’exception de Valère et Thibault, manifestement tombés en disgrâce à ses yeux. La petite Gitane est assise près d’elle, et ne semble plus éprouver la moindre peur. Pas la peine de comprendre pourquoi. Les cinq gardes mobilisés par Sire Revan sont de retour. Ils transportent un grand sac qu’ils vident. Dix têtes de vielles femmes tombent sur le tapis qui se retrouve maculé de sang. La Comtesse ordonne que ces cinq hommes d’armes soient amenés dans sa chambre.

Un drôle de personnage se présente sur ces entrefaites. Son accent laisse penser qu’il vient de Germanie, et il est habillé comme un mercenaire. Il se présente : Sire Gaunter, mercenaire de renom. Il propose de ramener lui-même la Pythie, ce qu’approuve la Comtesse. Il me paraît bien sûr de lui. J’espère qu’il est conscient qu’avec cette Dame, l’échec n’est pas une option.

La Comtesse prépare ses bagages. Sollicitée à Vienne, elle laisse la régence à Sire Kaiser.


Dernière édition par SPX Spécial le Ven 15 Juin 2018 - 19:50, édité 1 fois

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1243
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 38
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par altamaros le Jeu 14 Juin 2018 - 17:46

Si j'ai bien compris, Friedrich Kaiser est un Brujah, non pas un Ventrue ...

D
avatar
altamaros

Messages : 403
Date d'inscription : 25/08/2014
Age : 45
Localisation : Alfortville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par SPX Spécial le Jeu 14 Juin 2018 - 17:50

Ah, zut. En même temps, on a la trinité : "chevalier", "arrogance", "fanatisme religieux" qui laisse place au doute... Cela dit, ça explique ses sautes d'humeur.

Le Conteur confirme-t-il ?


Dernière édition par SPX Spécial le Ven 15 Juin 2018 - 19:48, édité 1 fois

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1243
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 38
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par Alyan le Jeu 14 Juin 2018 - 19:54

Je confirme, Valkyren m'a dit deux fois qu'il étais du même clan que moi ^^

_________________
"La protection pour l'imperium, la compassion pour ses alliés, la mort pour ses ennemis." Sensei Dethael.

C'est le jour ou un homme voit un moustique sur ses testicules qu'il se rend compte que tous les problèmes ne se résolvent pas par la violence.
avatar
Alyan
Usurpateur (Secrétaire)

Messages : 365
Date d'inscription : 11/08/2014
Localisation : Tout depend de votre relation avec la metaphysique et les mondes astraux.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par SPX Spécial le Jeu 14 Juin 2018 - 20:30

Okay, je vais rectifier cet élément.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1243
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 38
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits de la Coterie du Forez

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum