Paris by Night - Requiem. l'histoire secrète de Paris.

Aller en bas

Paris by Night - Requiem. l'histoire secrète de Paris.

Message par altamaros le Mar 15 Mai 2018 - 12:45

Note : ce background est le fruit de mes cogitations personnelles, il n’est pas très développé mais faites-moi signe si il vous intéresse. Il s’inspire de la Mascarade, le setting officiel de Requiem, des idées de joueurs des forums divers, de Nephilim et de pas mal d’autres choses.

Considérez que, à l’époque actuelle, il existe entre 150 et 250 vampires dans l'actuelle région Ile-de-France. Parmi eux, moins d’une centaine vivent, se nourrissent et dorment à Paris intra-muros ou dans la petite couronne.


Avant Paris

Le village (près de l’actuelle Nanterre) qui va devenir Paris n’ignore pas totalement l’existence des Vampires. Quelques membres (3 à 4 dans toute la région) de ce qui sera beaucoup plus tard le Cercle de la Sorcière habitent des bosquets et forêts sacrés, se repaissant du sang des sacrifices et se faisant passer pour des manifestations de dieux gaulois comme Cernunnos ou Sucellos et communiquant en secret avec les druides locaux.
Selon ses dires, Genaht aurait déjà été présent dans la région à ce moment-là.
Un peuple venu du sud s’installe par la suite dans la région, amenant avec eux le culte d’un déesse nommée Isis (d’où leur nom : "Par-Isis", une statue de la Déesse a été retrouvée sous l’église Saint-Germain-des-Prés). Au moins un vampire de ce qu'on appelera plus tard le Cercle de la Sorcière profitera de ce culte pour s'imposer dans la région. Ce vampire serait peut-être la Gorgone Olympe du Jardin ou encore son sire; l'intéréssée n'a jamais confirmé.

Après la conquête romaine, la ville est rebaptisée Lutèce. Les rumeurs de « monstres des campagnes » parviennent à Rome et la Camarilla envoie alors les premiers vampires romains (dont Délice, Bien-aimé et Cauchemar) à Lutèce.
L'affrontement qui ne manque pas de suivre tourne bien évidemment à l'avantage des romains et le futur Invictus s'installe à Paris pour 1 500 ans de domination bientôt rejoint par la Sainte-Lance.

Ages Sombres : Le Moyen-Age.
L'Invictus, le plus souvent allié à la Sainte Lance, se maintient au pouvoir pendant tout le moyen âge. Les Vampires du Cercle de la Sorcière n'existent plus que de façon extrêmement marginale, relégués dans les campagnes, régulièrement chassés et détruits.
Cette situation perdure jusqu'à "l'incident Notre-Dame". Le lieu ou se bâtit la cathédrale, à l'origine un temple païen contrôlé par les garous,  est en effet un des plus puissants locus (lieux de pouvoir) du pays et nombreux sont ceux qui s'y intéressent : mages, garous, vampires...

Toujours est-il que pendant deux siècles la sainte Lance a ses regards tournés vers la prestigieux édifice en construction. Lorsqu'en 1350, le sanctuaire est finalement achevé, un événement se produit : Une sorte de voile extrêmement puissant (qui perdure encore aujourd'hui) s'élève autour du bâtiment empêchant toute créature surnaturelle de s'approcher du lieu !.
La Sainte Lance soupçonnera toujours une fraternité de mages d'être à l'origine de l'incident mais cela ne sera jamais élucidé. D'un point de vue vampirique, cet événement marque le début des changements : La sainte Lance n'aura de cesse de harceler l'Invictus au pouvoir pour tenter de "libérer" (sic) le prestigieux édifice.

Sans résultats.

Un pacte sera même formé avec le Cercle de la Sorcière pour enquêter sur le sujet, ce qui permettra le retour en grâce relatif du Cercle dans la région et l'adoucissement des persécutions (à défaut de leur fin).

François Villon est étreint par un Daeva de la Sainte Lance au XVème siècle mais se réfugie en torpeur vers 1600, dégoûté par la religion après le massacre de la Saint-Barthélémy.
C'est également à cette époque qu'un nouveau courant de pensée, l'Ordo Dracul arrive à Paris.

Au XVIIème siècle à la suite de la fronde contre Mazarin et Louis XIV, un néonate Ventrue de l'Invictus réussit un coup de poker dont on parle encore aujourd'hui. Emmenant sa petite coterie à Versailles (alors un village), Aristide Gontran de Loménie de Brienne (oncle du ministre de Louis XIV, Ven, Inv) parvient à occuper le terrain alors même que le roi décide de s'y installer, débutant ainsi la sourde rivalité entre Versaillais et parisiens qui participera à la chute de l'Invictus 200 ans plus tard.

En 1680, deux goules de la Sainte-Lance, Etienne Guibourg et Claude des Œillets sont compromis dans l’affaire des poisons. Ils sont soustraits à la Justice humaine discrètement et étreints peu de temps après.

Les Lumières et la Nuit
Le XVIIIème siècle débute avec la rivalité sourde qui oppose Invictus Parisien et Versaillais (lequel profite et abuse de sa position pour filtrer tout accès vampirique à la cour des mortels).
L’Ordo Dracul de son coté s’impose progressivement dans le milieu occulte parisien, nouant avec les occultistes mortels des liens précieux mais sans pour autant percer le mystère Notre-Dame.
Quant au Cercle, il jouit de relations tantôt neutres tantôt hostiles de la part de la Sainte Lance qui cherche toujours à élucider le mystère Notre-Dame.

En 1705, Villon se réveille de torpeur et voyage de part l’Europe, rencontrant et rejoignant la lignée des Toréadors en Espagne. A son retour, il se met à fréquenter, avec une coterie qu’il forme peu de temps après son retour, les salons parisiens et les esprits du temps (dont un bouillant jeune homme surnommé "Voltaire").

Comprenant que le monde mortel est sur le chemin de grands changements, Villon et une daeva de l’Invictus nommée Beatrix commencent à réfléchir sérieusement à les appliquer à une société vampirique sclérosée…
Pendant près de 60 ans, les conjurés vont tisser patiemment un réseau de faveurs, dettes, sympathisants et lorsque finalement le monde mortel explose, les "Descartiens" sont prêts à agir et lancent leur propre initiative révolutionnaire.

L’Invictus parisien (auquel les Versaillais refusent de prêter assistance) est fortement affaibli par l’attaque et la perte de plusieurs pions mortels (du fait des révolutionnaires mortels comme des vampires). Plusieurs anciens n’échappent à la mort finale que par chance. Coup de maître, les conjurés parviennent même à accorder la mort finale à l’ancien nosferatu Cauchemar, fidèle à la vieille garde. Béatrix se déclare alors Prince de Paris, nominalement de l’Invictus. Villon finit apparemment par comprendre qu’il a été joué mais cache ses sentiments et accepte le poste de Sénéchal.

Madame Guillotine
Pendant la première moitié du siècle qui suit, Beatrix, qui commence à mériter le surnom ci-dessus, règne avec les proverbiaux gant de velours et main de fer, Villon étant officiellement son sénéchal.

En 1815, le mouvement carthien, dont font partie plusieurs amis de Villon, sort son manifeste. Villon abandonne officiellement le poste de Sénéchal une dizaine d’années plus tard et proclame avec plusieurs anciens membres de sa coterie la création du "Mouvement Cartien de Paris, Ligue indépendante" et retire son soutien au prince. Beatrix, brutalement privée de son principal allié, ne tarde pas à être victime d’un règlement de comptes interne à l’Invictus. Les Cartiens (ou Carthiens) en profitent alors pour s’imposer comme partenaires auprès du nouveau prince, le nosferatu Bien-Aimé, qui hérite d’un Invictus affaibli et d’un allié encombrant.

Un compromis qui tient jusqu’à la Commune de Paris en 1870 où l’Invictus en profite pour rendre la monnaie de sa pièce aux Carthiens (histoire de montrer qu’il peut lui aussi jouer avec les mouvements sociaux du bétail) et lancer une violente chasse sur la ligue. Les survivants de la ligue doivent alors s’exiler de la cité. Plusieurs se réfugient dans les villes (futures banlieues) du nord de la région. Villon disparaît pendant les troubles et nombreux sont ceux qui le croient alors détruit (ou en torpeur).

L’invictus termine le siècle tout-puissant et incontesté mais entame déjà sa chute. Le premier clou dans le cercueil est enfoncé lorsque lors de la Commune, les Versaillais tentent d’influencer discrètement les pourparlers de Versailles avec les Prussiens pour récupérer leur ancien fief. Ingérence inacceptable dans les affaires mortelles et avec une puissance étrangère de surcroît pour le reste de la ligue.
Le second sera enfoncé en 1909 lorsque Brigitte Cellier, suffragette issue d’une famille de propriétaires terriens est étreinte...

Années folles et années noires

Le nouveau siècle voit l’arrivée sur le devant de la scène d’acteurs jusque là mineurs :
Sous l’égide d’Olympe Dujardin, sortie de torpeur en 1810, le Cercle de la Sorcière s’est fait progressivement des alliés dans le monde de la nuit et gagne doucement en influence. L’Invictus accorde enfin aux acolytes un siège au conseil.

Stanislas, Occutiste de renom de son vivant arrive à Paris vers 1919, appelé par la Sainte-Lance depuis Strasbourg pour déchiffrer les Mystères de Notre-Dame. Le réveil du Nosferatu Guibourg (en torpeur durant le XIXème siècle) fournit également à la Lance un poids lourd du monde de la nuit parisien.
L’Ordo Dracul est repris en mains par le Nosferatu Eugène Lemoine qui entreprend de fédérer et organiser les Dragons parisiens après le départ en torpeur de son prédécesseur.

En 1927, survient l’affaire Belphégor qui débute par la destruction en plein cinéma d’un ancien de l’Invictus allant voir le film du même nom. A la suite de cet assassinat, plusieurs autres anciens seront victimes du "fantôme du Louvre" au fil des mois et l’Invictus a bien du mal à maintenir l’ordre surtout lorsque le prince lui-même, Bien-Aimé, est victime du fantôme en 1933.

Le dernier meurtre de l’assassin en série aura lieu en 1944 ; son identité et ses mobiles resteront toujours un mystère : Membre de VII, l’Engeance de Bélial, chasseurs de vampires mortels, Villon lui-même ...
(Obi Wan Kenobi ?)
La très étrange coïncidence du coup d’état avec les méfaits de Belphégor engendrera par la suite bien des rumeurs sur l’identité et les mobiles de celui-ci

La guerre puis l’occupation commence dans un contexte de paranoïa généralisée. Les restrictions imposées au bétail (couvre-feu, rationnement) aggravent la situation et obligent les vampires parisiens à s’attaquer parfois aux soldats de l’occupant, ce qui occasionne les représailles que l’on sait sur la population mortelle.

A la libération, l’Invictus parisien est exsangue d’autant que certains de ses pions compromis par des affaires de collaborations, C’est à ce moment précis que les Carthiens, Villon à leur tête (réveillé de torpeur ou revenu d’exil). L’invictus parisien est balayé, les Versaillais et la coterie des Modernes (dirigée par Brigitte Cellier depuis Nanterre) préférant se replier dans leurs domaines.
En 1947, Villon s’installe enfin comme Prince de Paris (la tradition carthienne voudrait qu’on l’appelle préfet mais le titre de Prince passe mieux auprès des autres villes).

Cinquante Glorieuses
Durant les cinquante années qui suivent, la situation politique actuelle de Paris se dessine :

Brigitte Cellier de l’Invictus, qui est restée en retrait à Nanterre pendant les troubles (Belphégor puis l’Occupation) prend progressivement le pouvoir sur la future zone de la Défense où sa famille mortelle possède de nombreux terrains.

En 1951, Villon accorde la prison de la Santé comme territoire personnel à Eugène Lemoine de l’Ordo Dracul, fournissant aux dragons leur "garde-manger" principal à Paris.

En 1959, Pierre-Emmanuel de Pompignan sort de torpeur et constate la situation désastreuse de l’Invictus. Il entreprend alors de reconstruire l’Invictus parisien qui ne fera son retour au Conseil qu’en 1970.

Le retour de Genaht du Cercle de la Sorcière à Paris en 1979 ; puis son activisme provoque immédiatement des tensions avec sa primogène Olympe Dujardin et avec la Sainte Lance.

Nouveau millénaire

2006 : début de la campagne.
avatar
altamaros

Messages : 371
Date d'inscription : 25/08/2014
Age : 45
Localisation : Alfortville

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum