Pathfinder - Décisions et actions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pathfinder - Décisions et actions

Message par SPX Spécial le Dim 24 Aoû 2014 - 16:03

J'ouvre un nouveau post pour débattre et décider des actions des membres de la Guilde.

Par exemple, notre bien-aimé Meujeuh (non, je n'espère pas un bonus d'XP) me rappelait à juste titre hier que nous n'avons pas encore convenu de la direction que devait prendre notre groupe.

Du point de vue de Telchak, évidemment, le mieux à faire est d'aller chercher les hommes-ours survivants. Ou peut-être aller chercher les hommes-ours survivants ? A moins, bien sûr, d'aller chercher les hommes-ours survivants.

Je crois me rappeler que Thalyr était d'avis de chercher les gens qui ont tenté de tuer Merokan. Y a-t-il des pistes solides ?

Et personne d'autre n'a de suggestion ou envie ?

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1118
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pathfinder - Décisions et actions

Message par SPX Spécial le Sam 30 Aoû 2014 - 22:23

Le premier jour, un orage persistant tonitrua au-dessus de la forêt dont faisait partie la clairière de Versipelle. Des éclairs zébraient le ciel, le vent soufflait si fort que les branches des arbres les plus grosses et les moins souples s’abattaient avec de grands craquements, et la pluie tombait tellement dru qu’elle était presque blessante.

Le climat reflétait l’état d’esprit de celui qui était lié à la forêt. Telchak, le druide du peuple des hommes-ours était hors de lui. Il avait vécu sans doute la pire de ses journées, depuis ce moment tragique où, rentré de son rituel d’initiation druidique, il avait retrouvé toute sa tribu massacrée.

Les faits étaient là : on avait trouvé deux membres de sa tribu. Le premier, Kornchak, chasseur émérite de la tribu, s’était bien débrouillé et avait passé des jours à jouer au chat et à la souris avec les membres de la Guilde des Braconniers dans les Royaumes Fluviaux. En revanche, à Geb, un pays où mort-vivants et vivants cohabitaient sans plus d’accroc que n’importe quels peuples, tout s’était terminé tragiquement.

Telchak avait découvert avec horreur que quelqu’un avait changé les hommes-ours en cadavres animés, dépourvus d’âme et de libre arbitre, et surtout complètement à l’opposé de l’ordre du cycle naturel à ses yeux. Pour le jeune homme-ours, les mort-vivants représentaient une aberration, une souffrance et un sévice inimaginable, la profanation ultime. Mais le pire était que les malheureux devenus zombies étaient le fait d’un homme-ours bien vivant, son propre maître, Papalchak. Celui-là même qui lui avait appris à aimer et respecter la nature, qui avait décelé chez lui le potentiel pour être le messager de Mère Nature. Selon toute apparence, Papalchak avait décidé de changer de philosophie, et d’offrir une « nouvelle vie » à ses camarades en les transformant en pantins mort-vivants.

Un seul, toutefois, Aralchak, semblait avoir gardé toute sa conscience dans cet état second, et était même satisfait de son sort. Pendant le terrible combat qui avait opposé l’élève et le maître, il avait pris partie pour le maître. Et sans l’intervention de sire Thalyr, Telchak aurait été sacrifié comme les autres.

Telchak n’avait aucun regret à propos de Papalchak. Le nécromancien était désormais mort et bien mort de sa main, et le petit druide savait qu’il avait agi justement, selon ses convictions. Mais cette victoire lui avait coûté terriblement cher. Outre le fait de n’avoir pas pu se débrouiller seul, d’avoir refusé la défaite et d’avoir laissé débrider sa rage envers son ancien maître, il avait surtout trahi la confiance de sire Thalyr qui lui avait ordonné de le suivre pour aider dame Orlina, alors en grand danger.

Une fois le danger passé, sire Thalyr n’avait pas félicité Telchak. Au contraire, il lui reprocha avec sévérité son comportement irréfléchi et son égoïsme, et avait conclu par « si Merokan t’a jugé apte à rejoindre la guilde, il avait ses raisons. Sans ces raisons, je te chasserais sur-le-champ ».

Retiré au fin fond de sa forêt, le jeune druide était furieux contre le chevalier. Chaque fois qu’il revivait leur dernière conversation, il était un peu plus en colère.

Moi, un « méchant qui joue aux dieux à décider ce qui est bon pour les autres » ?
Moi, au même niveau que Papalchak, ce sale traître sacrilège et meurtrier ?
Ce Thalyr… Sombre brute ! Sans cœur ! Toujours à parler, parler, parler, et étouffer son cœur sous une tonne de règlements ! Mais quand il a dû tuer son propre père, il ne s’embarrassait pas de toutes ces conneries !


Et sa rage se traduisait par des cris à déchirer une gorge de golem d’acier, auxquels se mêlaient les crépitements des éclairs.

*

Le deuxième jour, l’orage cessa de tonner. Il n’y eut plus que de la pluie. La nuit avait été profitable à Telchak. Sa colère s’était dissipée, ne laissant qu’une profonde amertume, qui laissa place à la tristesse.

Assis au bord d’un petit lac, le petit homme-ours pleurait sans retenue. Après avoir repris un peu de lucidité, il s’était rendu compte que ce que sire Thalyr avait dit était légitime. Une fois de plus, les émotions avaient primé sur le raisonnement. Sans le chevalier, il n’aurait pas été vivant, au bord de ce lac, en cet instant. Et celui-ci lui avait clairement dit qu’il ne pouvait plus se permettre de compter sur lui. Et si toute la guilde allait se ranger de son avis ?

Je ne suis qu’un sale gamin ! Un petit crétin incapable de conserver son calme !

Il se remémora le visage de Heru’ur, son meilleur ami, réduit à l’état d’un esclave mort-vivant clopinant et bavant. Telchak l’avait isolé et lui avait transmis un flux d’énergie positive pour le libérer de cet état. Il se remémora l’étincelle de soulagement et de reconnaissance qui avait illuminé ses yeux défunts une seconde, juste une seconde avant de tomber en poussière. Là non plus, il n’avait aucun regret. Et délivrer quelqu’un d’un sort aussi misérable n’était pas « jouer aux dieux qui décident », pour lui, mais un devoir sacré envers Mère Nature. Mais, au nom de sa divinité, Telchak n’avait pas respecté l’esprit de groupe qui caractérisait chaque guilde, les deux fois où il avait été confronté aux non-vivants. Cette fois était probablement la fois de trop.

Peut-être que je ne suis pas fait pour faire partie d’une guilde…

*

Le troisième jour, le temps s’éclaircit un peu. Telchak avait encore réfléchi. Il était temps d’acquérir un peu de maturité, et d’assumer les conséquences de ses actes.

Allait-il revenir à la guilde tête basse et accepter toutes les remontrances qui ne manqueraient pas de lui tomber dessus ? Devait-il tourner le dos à ses camarades et renoncer à tout jamais à toute collaboration avec eux ? Il ne voulait pas quitter la forêt de Versipelle. Il était lié à ce lieu, et pour rien au monde il ne l’abandonnerait volontairement. D’ailleurs, il ne pouvait pas. Rompre ce lien était probablement fatal, pour la forêt comme pour lui. Néanmoins, elle était assez grande pour qu’il pût y vivre sans croiser la Guilde des Ailes de la Liberté.

Finalement, il prit sa décision.

Il trouva un grand morceau d’écorce sèche. Il pressa quelques herbes sombres pour couler de l’encre, et se mit à écrire.

*

Le quatrième jour, tous les membres de la guilde purent voir un panneau d’écorce improvisé posé contre la souche d’arbre sur laquelle le petit homme-ours avait l’habitude de s’asseoir. Dessus, on pouvait lire ces quelques mots :

« Si vou voulé, je par »
« Si vou voulé, je raiste »

Une empreinte de main était apposée sous le message, en guise de signature.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1118
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pathfinder - Décisions et actions

Message par SPX Spécial le Sam 4 Oct 2014 - 22:18

Telchak était devant les autres membres dirigeants de la guilde, tête baissée, tout penaud, les mains croisées derrière le dos, attendant le verdict. Il ne manquait plus que l’avis de Sire Thalyr. Sans doute le plus difficile à convaincre.

Le chevalier Humain fit un geste. Les autres se levèrent et se retirèrent un par un, le laissant seul avec l’homme-ours.

Il était temps de s’expliquer.

Thalyr se racla la gorge, et parla :

- Telchak, tu as mis en péril l’intégrité de la guilde en agissant sans réfléchir, ni penser à autre chose qu’à toi. Deux fois. Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de te laisser revenir. Dis-moi, qu’est-ce qui devrais me faire changer d’avis ?
- Je… j’aimerais…

Le petit druide avait la gorge nouée, la gêne et le chagrin retenaient sa langue. Finalement, il parvint à articuler :

- Je n’ai plus de peuple. Je n’ai plus d’endroit où aller. La guilde, c’est tout ce qui me reste. J’aime la forêt de Versipelle. C’est grâce à la guilde que j’ai rencontré la dryade, que j’ai un endroit où vivre… et un but.
- Un but ? Pour l’instant, tu n’as pas tellement donné l’impression de vouloir servir la guilde ! Que se passera-t-il la prochaine fois ? J’aurais pu crever par ce dragon ! Si tu m’avais suivi au lieu de ne penser qu’à toi, les choses auraient été différentes !
- C’est vrai, monseigneur, vous avez raison. Mais maintenant, je sais que… il n’y a plus rien à espérer à propos de mon peuple. Je n’ai nulle part ailleurs où aller, je n’ai plus d’amis à chercher, non plus. La guilde, c’est tout ce qui me reste.

Telchak essuya nerveusement une larme. Thalyr se frotta le menton.

- Ouvre bien grand tes jolies petites oreilles rondes, parce que je ne le répéterai pas : Merokan t’a fait confiance, j’imagine qu’il a une bonne raison pour ça. Je peux éventuellement mettre de côté mes ressentis et me ranger de l’avis de la majorité. Mais à deux conditions.

Le chevalier suspendit sa parole, laissant passer quelques secondes avant de reprendre :

- Premièrement, plus jamais de faux pas. Le moindre manquement, la moindre désobéissance, le moindre éternuement qui mette en péril la guilde, ça sera la dernière fois. Je te chasse du domaine à coups de pied au train. C’est clair ?
- Limpide, monseigneur.
- Deuxièmement, tu vas arrêter d’être têtu comme une mule, et accepter les choses qui ne correspondent pas complètement à tes idéaux. Ton pote, Aralchak, fait maintenant partie de la Guilde. Cesse de le considérer comme une abomination, et respecte-le tel qu’il est !
- Mais… c’est une aberration par rapport à…
- Je m’en fous ! Il est comme il est. Pour le peu que j’ai pu voir jusqu’à présent, je suis sûr qu’il a toute sa tête, et sait s’en servir. Mieux que toi !

Telchak baissa de nouveau la tête.

- Très bien. Je… je ferai un effort pour…
- Non. Tu me dis tout de suite avec conviction : « je l’accepte comme il est », tout de suite.

Le petit homme-ours ouvrit la bouche, mais resta muet. Puis il eut un sursaut, et quitta la salle. Il sortit dans la cour, et se dirigea vers Aralchak.

Assis sur un tabouret, le guerrier homme-ours aiguisait la lame de son épée courte. En y réfléchissant, il n’était pas si répugnant à regarder. Certes, son regard avait perdu de son éclat, certes sa fourrure était maculée de vieilles traces sombres et était tombée par endroits, mais il était encore à peu près entier. En voyant approcher le jeune druide, le guerrier se releva.

- Tiens… tu veux bien me parler, maintenant ?
- Aralchak… est-ce que tu es bien dans ta peau ?

Aralchak esquissa un petit sourire.

- Je n’ai pas choisi d’être mort-vivant, Telchak. J’ai été massacré comme les autres. Papalchak m’a relevé. Mais il a réussi son coup. D’accord, je suis plutôt moche par endroits, je n’ai plus les mêmes besoins pour le boire et le manger, mais pour le reste, je suis toujours comme j’étais.
- Tu n’as vraiment aucune influence maléfique ?
- Papalchak m’a donné une nouvelle chance. C’est comme ça que je le vois. Il a été comme un second père pour moi. Et toi, tu l’as tué. Je devrais être fâché contre toi.
- C’est vrai. Mais si tu avais vu le regard de Héru’ur, quand je lui ai permis de rejoindre le giron de Mère Nature, tu penserais comme moi.
- Possible.

Telchak fit une pause. Il inspira, et déclara :

- Aralchak, si tu me dis que tout va bien, si tu es sûr que tu n’as pas perdu la boule, alors… je le respecte. Sache que tu es mon ami, et si jamais tu sens qu’il y a un problème…
- Je ne m’en fais pas. Si je devenais « maléfique » selon notre point de vue, je sais que tu t’occuperas de moi.

Le jeune druide tendit la main. Aralchak la serra. Puis les deux hommes-ours se firent l’accolade.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1118
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pathfinder - Décisions et actions

Message par SPX Spécial le Sam 4 Oct 2014 - 22:55

Bien, qu'allons-nous faire de ce nouveau terrain de jeu ?

Il est évident qu'il faudrait trouver la meilleure façon de l'exploiter. Peut-on réparer la pyramide ? Telchak mettra à contribution ses pouvoirs druidiques pour aider à la tâche - fabrication de béton, modification de la topographie et des pierres, taille de blocs de pierre à coups d'éclair... Ensuite, même s'il faudra compter des semaines, Telchak est aussi chaud pour ramener la végétation, et créer une oasis - prières à la nature, tombées de pluie régulières.

Pour ce qui est des objets magiques, notre petit druide n'est pas intéressé par les biens matériels. A la rigueur, s'il y a de quoi faire une armure légère en matériaux naturels, ça pourra l'aider à résister aux beignes - de préférence, une protection style extrême-oriental pour aller avec le look panda, mais dans une pyramide d'Osirion, ça risque d'être dur à trouver, à moins que le Pharaon fût un grand voyageur. Autrement, il consacrera sa part du butin à l'élaboration des travaux de rénovation de la pyramide.


EDIT : Si ça ne vous ennuie pas, j'aimerais bien que vous complétiez à l'occasion le post où l'on décrit son personnage, afin de mieux les situer. Cette campagne devient importante, je pense que nos personnages méritent ça. Par exemple, je vois bien Thalyr comme Guts, le héros de Berserk, mais je me trompe peut-être ?

EDIT 2 : J'allais oublier ! Comme il vient d'apprendre que sa soeur Tippee (je suggère ce nom, plaise au MJ) est encore en vie, notre jeune druide va demander à tous les contacts possibles d'ouvrir l'oeil pour savoir s'ils entendent parler d'un homme-ours femelle qui serait en vadrouille quelque part.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1118
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pathfinder - Décisions et actions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum