Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Message par Toritsuma le Mar 21 Nov 2017 - 10:38


Tout commença au nord de la ville de Moussillon. Cela ne m’inquiéta pas outre mesure au départ mais vous allez voir que cela s’aggrava par la suite.
Notre camp était installé non loin du fleuve et de la lisière de la forêt.
J’avais bien fugacement aperçu la lueur d’une flamme pendant mon tour de garde nocturne la veille. Mais au petit matin, les propos de mes compagnons me parurent déjà… comment dire… un peu louches.
Sire Charles me soutenait avoir vu, je cite, des skavens (sic) dont un blanc avec de petites cornes (…) se faire des bisous dans l’eau… J’acquiesçai poliment.
Je prétextais d’aller chercher du bois mort en forêt au petit matin pour trouver des traces d’hommes-rat, ou des sous-vêtements oubliés par l’émotion au bord de l’eau, bref quelques signes me montrant que notre fier chevalier n’étais pas sujet à quelques effets narcoleptico-hallucinogènes mais rien.
Quelqu’un trouva tout de même une inscription taillée dans l’écorce d’un arbre.
« Skrrriiikkrik aime krrrroaoaoa ? »
Non. Il s’agissait du symbole du dieu chaotique Slaanesh. À proximité d’une ville à la réputation de Moussillon, cela faisait plus sens que des skavens hirsutes et décolorés se bécotant dans l’eau.
Bon admettons… de mauvaise grâce : le sire d’Aucassin avait bien finalement révélé des dents de fauve et des ailes de chauve-souris… soit.
Notre convoi était d’importance, une trentaine de personnes avait gonflé notre compagnie après qu’ils eurent déserté la demeure maudite de D’Aucassin.
Nous nous résolurent à contourner les faubourgs nord de Moussillon, réputés pour être aux mains des morts-vivants, et, après un marchandage sommaire, prîmes le bac pour installer un campement dans la campagne au sud de la ville.
Sœur Judy, Sire Charles et moi partîmes vers Moussillon pour y vendre une des tapisseries de d’Aucassin, récupérer des vivres et commencer notre enquête à propos de Guido le Beau (surtout de sa tête). Nous prîmes le bac pour entrer directement au cœur du quartier commerçant de la cité. Passer par la grand-porte sud des fortifications ne me paraissait pas très sûr pour nos économies.
Le quartier était à l’avenant des villages de Cracheur et Puanteur. Mais malgré tout, les gens semblaient arriver à vivre dans la cité.



Nous visitâmes en premier un puits réputé pour son eau potable et gardé par deux rufians aux couleurs de Shallya (atours volés je suppose) et un temple de la Dame dont Aurore, la prêtresse, monnayait les grâces de la divinité. Ses acolytes semblaient tout droit sortis du colloque annuel des joyeux escrocs.



Après avoir convaincus Judy, de ne PAS rester dans le temple toute seule, nous poursuivîmes notre ballade jusqu’à l’Hôtel de ville transformé en marché couvert permanent.
Nous nous frayâmes un chemin aux travers des mendiants, des immondices, des passants et des vigiles de la pègre pour aboutir dans le bureau de Rebigner le marchand.



Il se montra intéressé par notre tapisserie et par les onze autres attendant au campement.
Nous mîmes au point un protocole d’échange sécurisé (principe qui perdurera sûrement très longtemps encore dans le futur pour commercer) moyennant remise sur la somme attendue puisque j’insistais pour que le marchand lui-même apporte une expertise et des moyens locaux.
Nous lui parlâmes enfin de notre recherche d’un diadème et de son vendeur.
Miracle !
Rebigner sortit d’un de ses placards le diadème volé et voulut bien nous le vendre, ajustant la transaction prévue pour les tapisseries.
Quel était le nom de son vendeur ?
Moyennant quelques piécettes magiques pour déverrouiller sa mémoire défaillante il nous donna le nom d’une certaine Héloïse chercheuse de trésor dans la « Ville Perdue » comprendre les quartiers nord de la cité aux mains des morts-vivants.
Il nous donna aussi le lieu où Héloïse avait projeté de se rendre. Cependant, nous partîmes sur une stratégie de prudence en attendant que ladite Héloïse refasse surface dans cette partie-ci de la ville plutôt que d’aller la chercher dans l’autre.
Nous passâmes donc les heures à suivantes retourner au camp pour rassembler les tapisseries, passer la transaction puis ramener des vivres et du matériel de première nécessité au campement.
Je vous fais grâce des gens bizarres rencontrés ci et là dans les ruelles crasseuses de Moussillon.
L’un d’eux, un prophète voulant enrôler de force notre initiée de Shallya, eut à gouter de l’épée de sire Charles, du bouclier de Sire Charles et de toutes les marches de l’escalier qu’il inspecta minutieusement avec ses dents.



Malgré l’état d’abandon de la cité et l’absence de police désintéressée, tout se passa pour le mieux et nous pûmes profiter d’un sommeil bien mérité autour du feu de notre campement.
Que nenni !
La malédiction de la ville frappa le campement dans la soirée comme elle le fit précédemment lors de l’épisode des Skavens amoureux.
Judy, visiblement saoule ou sous l’emprise d’un sortilège farfelu, me réveilla brutalement en vidant un seau d’eau froide sur mon visage endormi. Je croyais les initiées de Shallya plus douces…
Le pire fut le prétexte invoqué : chercher des démons cachés dans le campement. P… pardon ?
Sire Charles vint renchérir les arguments de Judy : un démon de mélasse se coupant en deux par le biais d’un éclair l’avait attaqué sournoisement dans le dos. [Soupir]
Tout le campement était en effervescence, les gens, le plus souvent mal réveillés étaient soient paniqués soit dubitatifs sur la chasse au démon caché organisée par Judy et Charles.
Je soulevais quelques couvertures et autres paquetages disposés là pour donner le change puis m’éclipsais discrètement pour trouver un endroit plus sec et plus tranquille afin de finir ma nuit loin de l'initiée de Shallya et de la Clairelame.
Vivement que l’on soit sorti de cette région maudite.

Notes pour ma sœur n°6 : Nous arrivâmes plein d’entrain au abord de cette ville maudite de Moussillon où notre convoi, fort de la gente délivrée par le chevalier Charles, fit halte.
Quelles terribles épreuves nous attendaient derrière ses murs ternis par la misère et les maléfices ? Quelles maléfiques créatures nous guettaient déjà et préparaient leur repas ?
Sire Charles prit sa mandoline et, plein de poésie, nous joua des airs de gloire et d’espoir accompagné par le chant gracieux de Judy. Elle fit si bien, qu’elle me garda éveillé toute la nuit par son chant clair comme l’eau qui coule.


ZZZzzz…
avatar
Toritsuma

Messages : 120
Date d'inscription : 20/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Message par SPX Spécial le Mar 21 Nov 2017 - 16:09

Un magnifique récit qui vaudra à son auteur trente points d'expérience supplémentaires.

Ce qui amène Toritsuma à un total de 250 points en réserve sur 2450 en tout.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1035
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Jour 15 - Les aventuriers du collier perdu

Message par Gildor le Sam 13 Jan 2018 - 11:46

D’un petit groupe d’aventuriers, nous étions passés à une véritable caravane d’une trentaine de personnes. Oui, à ma grande surprise, tous les serviteurs avaient imploré [Sir Charles] de partir avec lui. En noble chevalier, celui-ci ne pouvait abandonner ces gens que, par ses actes, il avait placés sous sa protection.

L’ambiance de voyage a changé, et je ne m’en plains pas. Je peux passer mes journées à discuter, ce qui soulage bien de l’ambiance habituelle des forêts maudites que nous traversons. De plus, même si la plupart ne sont pas des combattants, notre nombre même est une protection efficace : seule une troupe armée oserait s’en prendre à nous.

C’est aussi les yeux tournés vers l’avenir que [Sir Charles] a accepté d’être à leur tête : il a encore chez lui un château à restaurer et repeupler. Et quoi de mieux pour un futur Chevalier du Graal que de fonder sa suite avec des réfugiés arrachés aux terreurs de la province maudite du Moussillon ?

Nous avions des problèmes plus immédiats : nous avions bien sûr vidé les cuisines avant de partir, mais ce ne sont pas des rations de voyage. Il nous fallait donc nous procurer des vivres non périssables dès notre arrivée à Moussillon. Fort heureusement, nous avions de quoi négocier : en plus du coffre contenant un joli pactole en pièces d’or, nous avions pris les douze tapisseries réalisées par Bérénice. Qui dit ville dit commerce, et ce quelle que soit l’autorité en place. J’avais donc bon espoir de pouvoir négocier ce dont  nous avions besoin.

Oui, je comptais bien prendre les choses en main pour ce qui est des négociations marchandes. [Sir Charles] est plus familier des cours que des hôtels de ventes et de tous mes autres compagnons, j’étais la seule à bénéficier de ce type d’expérience. Même si ma robe ne me permettait plus d’enrichissement personnel, il était hors de question que je laisse l’argent disparaitre sottement.

Enfin, nous arrivâmes à Moussillon. La ville était coupée en deux par le fleuve, d’est en ouest. La partie nord était perdue, dominée par  les morts-vivants. Quant à la partie sud, c’était devenu le repaire de la lie de la société. Arrivés le soir par le nord, nous décidâmes de ne pas tenter la traversé de nuit et plantâmes le camp. La nuit fut calme malgré la proximité de la corruption nécromantique. Seul petit évènement nocturne : [Sir Charles] a aperçu deux skavens batifolant dans la rivière. Du peu que je sais de leurs mœurs, ce n’est pas un comportement habituel. Mieux encore, il précisa que l’un deux était blanc avec des cornes. Se pourrait-il que… ? Non, impossible, que ferait-il ici ? Et puis, il a précisé que ses cornes étaient plutôt petites.

Le matin venu, ce fut sans problème que nous prîmes un bac pour atteindre les entrées au sud. Comme il nous paraissait aussi dangereux que compliqué d’entrer en terrain inconnu avec une aussi forte troupe, nous plantâmes le camp à quelques centaines de mètres de la ville. Nous pouvions voir deux entrées : celle frontale, assurément ce qui devait être la porte principale, et le port sur le côté ouest. Comme le lieu de commerce se trouve toujours sur les axes de transport, nous partîmes en petit comité vers le port : [Sir Charles], [Eloi] et moi-même, accompagnés d’une mule chargée d’une des tapisseries.

Nos pas nous menèrent d’abord sur la grande place de la cathédrale. Ma surprise fut vive : deux ruffians gardant un puits à l’eau soi-disant pure étaient habillés aux couleurs de Shallya ! Je nourris immédiatement l’espoir de trouver en ces lieux une consœur ayant autorité. Sur leurs indications, nous nous rendîmes dans la cathédrale même où je rencontrer Dame Aurore, se présentant comme religieuse de la Dame.

Il semblerait que dans ce lieu sans foi ni loi, elle soit parvenu à monter une œuvre soulageant la population de sa misère. Bien sûr, je me doutais que cela n’était pas sans arrangements avec les barons du crime locaux, mais le résultat n’avait rien à envier aux organisations que l’on pouvait voir dans les cités civilisées.

Et surtout, cela montrait que la population de Moussillon était disposée à recevoir l’aide de Shallya. Mon idée de créer une structure officielle pourrait-elle ne pas être vouée à l’échec ? Il faudra que j’en discute avec mes supérieurs à Couronne.

Je voulu rester un peu pour aider et me faire des contacts, mais [Sir Charles] insista : il ne saurait me laisser seule et nous devions encore aller à l’hôtel des ventes. Me rendant à ses raisons, j’emboitai le pas à mes compagnons.

Ce fut finalement dans l’hôtel de ville réaménagé que nous entrâmes dans le bureau de [Rebigner], marchand pouvant être intéressé par des tapisseries. Fort agréablement pour moi, il n’avait rien d’un Prince marchand et c’est sans problème que je pus obtenir un bon prix de notre lot de tapisseries, échangé avec des vivres et de quoi les transporter.

Le protocole d’échanges de biens mis au point pour le soir, je pus lui faire de nos recherches. Un marchand étant sans doute plus intéressé par des marchandises que leurs provenances, je choisis comme angle de lui décrire le diadème recherché.

Et Shallya décida alors de soulager notre peine.

Sans hésiter, [Rebigner] ouvrit une armoire et en sortit le bijou volé ! Il  n’y avait aucun doute, il répondait parfaitement à la description. Le trésor du seigneur vampire nous permit d’obtenir le diadème et les renseignements qui l’accompagnait : [Rebigner] l’avait acquis d’une femme nommée [Héloïse], chasseuse de trésor dans la partie nord. C’est là qu’elle l’aurait trouvé.

Bon, notre bonne fortune n’aura pas duré bien longtemps. Elle ne pouvait pas l’avoir pris d’un endroit où irait un sain d’esprit.

Comme elle était de nouveau en expédition, il nous fallait attendre son retour. Qu’importe, nous avions fort à faire. Après une livraison hautement sécurisée (nous avons dû impressionner plus d’un passant avec nos hommes aux aguets, protégeant le chariot chargé de tapisseries), nous continuâmes à fortifier notre campement.

Dommage que nous n’ayons pas eu le temps de dresser une palissade, cela aurait évité à [Sir Charles] de devoir de nouveau faire acte de bravoure, cette fois face à une petite horreur rose de Tzeentch, misérable créature qui a cru trouver une proie facile. Non pas que je doute de son enthousiasme à protéger sa suite, mais je pense qu’il n’aurait pas non plus dit non à une bonne nuit de sommeil ininterrompue.

_________________
« Notre race a cessé de se poser des questions. Et ce fut sa perte »
(Un exarque eldar)
avatar
Gildor

Messages : 51
Date d'inscription : 14/11/2015
Age : 39
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Message par SPX Spécial le Sam 13 Jan 2018 - 11:51

Et trente points supplémentaires pour Gildor.

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1035
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Message par Toritsuma le Lun 15 Jan 2018 - 11:12


La nuit suivante me donna tort quant aux supposées hallucinations collectives de mes compagnons.
Le campement fut une nouvelles fois attaqué par un étrange démon volant munis de cornes et de crocs et à la forme vaguement triangulaire.



Cette fois-ci, Charles était incapable de pourfendre la créature et nous dûmes nous y employer seuls. Bowen reçu la première charge du monstre et faillit y laisser la vie tandis que le monstre volait au-dessus du camp et nous attaquait en piquées.
À l’aide d’un filet de pêche, je l’obligeai à s’écraser sur le sol alors que notre courageuse prêtresse de Shallya le chargeait avec son bâton. Puis, une de mes dagues entra dans la gueule de la créature et mit fin définitivement à ses jours.
Nous étions en piteux état : Charles, grièvement blessé par notre visite précédente en ville, Bowen proche de la mort après avoir reçu la charge du démon et votre serviteur un bras en écharpe après avoir… ouvert une armoire.
Mais revenons en arrière un instant pour nous intéresser aux aventures diurnes ayant précédé cette nouvelle attaque du camp.
Au petit matin, forts d’un petit-déjeuner magique concocté par Bowen et donc, pleins d’enthousiasme, nous décidâmes d’aller au-devant de terribles péripéties et chercher Héloïse la chasseuse de trésor, convertie en nyctalope des placards, là où elle se trouvait habituellement, c’est-à-dire les ennuis.
Sa dernière position connue était la Flèche de Lumière, le vieux phare de l’Ouest de Moussillon que les créatures non-vivantes avaient récemment envahi.
Les habitants avaient érigé une barricade de bois intimidante à défaut d’être intimidée et nous dûmes la passer après quelques efforts.
De l’autre côté, les rues étaient désertes et nos pas nous amenèrent jusqu’à la place du phare envahie par les zombies.



Ces derniers ne nous posèrent aucun problème que nos armes ne puissent régler. Nous les défîmes tous en combat pour pénétrer dans le vieux phare et y chercher des traces d’une idiote.
J’eus l’immense honneur de découvrir sa cachette. Après un bref échange pour lui signifier que je n’étais pas un des zombies terrifiants auquel elle tentait d’échapper, j’ouvris l’armoire dans laquelle elle s’était réfugiée.
NE JAMAIS OUVRIR UNE ARMOIRE DANS LAQUELLE SE CACHE UNE IMBÉCILE !



Cette idiote jaillit les stylets en avant et m’ouvrit le bras gauche.
Je dus prendre sur moi pour ne pas surenchérir en stupidité et tandis que Judy me soignait nous pûmes la calmer et engager la conversation.
Elle nous indiqua avoir dérobé le diadème à Guido le beau (d’après sa description) alors qu’il quittait la zone des cryptes en territoire de la ville interdite.
Si Guido sortait des cryptes il n’y était sûrement plus.
Héloïse nous donna le nom d’un des seigneurs de la pègre local afin que nous puissions lui poser des questions.
Nous quittâmes la zone, laissant Héloïse trouver un autre pétrin dans lequel se fourrer et nous nous dirigeâmes vers les quais où le dénommé Capitaine Lanfranco, chef du terrible gang du Sang d’argent, habitait la Damoiselle Verte, un vieux navire vermoulu.



Lanfranco nous reçut dans sa cabine et je vis dans le regard de mes compagnons qu’ils attendaient que ce soit moi qui engage une louche conversation avec ce louche individu à la tête d’activités non moins louches.



Ce fut très louche. Mais moins qu’une voleuse Halfling jaillissant d’une armoire pour vous ouvrir en deux.
J’ouvris les négociations et dus lâcher une cinquantaine de pièces pour que l’homme nous donnât des renseignements sur Guido.
Connaissant la mise à prix dont il faisait l’objet par le Duc de Lyonesse, Guido cherchait à quitter la région par la mer et avait contacté Lanfranco.
Ce dernier lui avait organisé un rendez-vous avec Gormou son second dans le cimetière et à proximité de la tombe de dame Armengold de Valence.
Depuis, Lanfranco était sans nouvelles et convint avec moi de nous aider à trouver Guido et à le livrer ficelé si nous allions sur les lieux et à défaut de trouver Guido, nous puissions lui ramener son second.
Lanfranco nous mit également en garde sur les lieux car outre les morts-vivants agissant non loin du secteur il avait entendu parler d’autres créatures déviantes dont des Skavens (sic) et un chevalier cannibale (re sic).
Je conclus les tractations et nous décidâmes de rentrer au camp afin de nous y restaurer.
Mais les rues de Moussillon sont loin d’être sûres et nous fîmes une malheureuse rencontre.
La populace fuyait une troupe de douze inquiétants chevaliers avec à leur tête le terrible chevalier Malbaude plus connu sous le nom évocateur de « Chevalier Noir ».



Nous nous écartâmes de leur route mais le sang de Charles ne fit qu’un tour à la vue du chevalier noir et bien droit dans ses bottes, il sorti de l’ombre pour lui lancer un défi. Les chevaliers s’arrêtèrent et Malbaude descendit de cheval pour s’approcher de Charles.
Curieusement, le discours de Malbaude n’était pas plein de haine et plutôt que de sauter sur l’occasion pour sortir son arme et faire couler le sang il désamorça le conflit et se justifia quant à sa cause et la véritable nature de la Dame du lac, qui pour lui, vient d’un autre monde. Il nous expliqua l’attitude du roi qui en connaissance de cause la soutient et essaye de le faire taire définitivement lui et ses suivants.
Un des leurs justement, Sire Gefrelar, un chevalier portant étonnamment les couleurs d’Aucassin, s’avança et releva le défi de Charles. Malbaude laissa faire et les deux hommes sortirent leurs armes pour s’affronter séant.



Charles, blessé au cours de la bataille contre les zombies du phare dut s’incliner et laisser la victoire à d’Aucassin. Alors que Malbaude et sa troupe s’en allait je lui demandai si la comptine entendue de la bouche de ma sœur pendant son sommeil lui disait quelque chose. Car manifestement elle faisait allusion à une créature qui pouvait être celle de sa vision de la Dame.
Le chevalier me répondit abruptement que la réponse se trouvait derrière son oreille gauche puis s’en alla. Je restai circonspect tandis que mes compagnons se portaient au secours du chevalier de Clairelame agonisant sur le sol. Nous fîmes le nécessaire pour le porter sain et sauf au campement pour la nuit.
Hélas les évènements évoqués plus avant nous interdirent une nouvelle fois un repos bien mérité mais si Charles ne put nous aider, il nous encouragea lors de notre combat contre la créature nocturne.

Nos aventures Mousillonnaises sont donc en pause en attendant que nous puissions récupérer de nos blessures. S’agissant de retrouver la piste de Guido le beau dans le cimetière de la ville, nous aurons besoin de toutes nos forces.

Notes pour ma sœur n°7 : Le terrible chevalier noir avait tendu un piège maléfique au chevalier de Clairelame ! Alors que Charles arpentait fièrement les rues de la cité, monté sur son fier destrier, le Chevalier Noir, déguisé en homme-sandwich, sortit brusquement d’un vieux placard pour le pourfendre dans le dos et s’enfuir avant que notre chevalier puisse tenter une honorable réplique.

Je lançai une dague alors que le manant s’enfuyait en compagnie d’une douzaine de ses sbires mais une jeune voleuse malfaisante de la cité nommée Héloïse fit dévier ma dague et s’enfuit à son tour dans les ruelles obscures.
avatar
Toritsuma

Messages : 120
Date d'inscription : 20/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Message par SPX Spécial le Lun 15 Jan 2018 - 20:55

Un résumé qui donne donc à Toritsuma trente points supplémentaires, et donc un total de 2610 points, si je compte bien. Tu confirmes ? Il te reste combien de points non dépensés ?

_________________
« À la naissance, on nous donne une étincelle de folie. On n'est rien si on la perd. »
(Robin Williams)
avatar
SPX Spécial

Messages : 1035
Date d'inscription : 12/08/2014
Age : 37
Localisation : Sucy-en-Brie (94)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Message par Toritsuma le Lun 15 Jan 2018 - 21:30

SPX Spécial a écrit:...donc un total de 2610 points, si je compte bien. Tu confirmes ?
Je confirme.

SPX Spécial a écrit:Il te reste combien de points non dépensés ?
210 cat
avatar
Toritsuma

Messages : 120
Date d'inscription : 20/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Warhammer - Le Secret de la Claire Lame, les résumés

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum