Le clan Gangrel

Aller en bas

Le clan Gangrel

Message par Lord Musashi le Dim 3 Sep 2017 - 1:32

Les Gangrels


Bien sûr que c’est désagréable tant qu’on ne s’y est pas habitué. Viens par ici. Je vais te montrer comment on fait.


Il n’y a pas de personne saine d’esprit, raisonnable ou libre de ses choix qui déciderait de vivre seule dans la nature ou sur les routes qui relient les cités, les villes et les communautés. Même les robustes fermiers et bûcherons tentent autant que possible de se regrouper, dans la mesure où leur travail le
leur permet. Ce qui serait folie chez un homme est un arrêt de mort pour un vampire. Aussi pourquoi les Gangrels vivent-ils sur les routes, dans les criques et dans les montagnes ? Cela les attire. Ils ont peut-être été chassés par des paysans effrayés, des dignitaires ignorants, des maris jaloux ou des membres malfaisants du clergé. Il est aussi possible qu’ils soient partis d’eux-mêmes, attirés par l’aventure, la curiosité, ou une misanthropie considérable. Qu’importe la raison : les Gangrels prennent la route parce qu’ils ne supportent pas la civilisation. Ces marginaux humains, marqués par leur différence, peuvent cependant s’épanouir en tant que vampires. La vie quotidienne peut être dure pour de tels hommes vivant en marge de la société. Pourtant, ils trouvent le moyen de s’en tirer contre toute attente. Ce n’est guère différent pour le vampire gangrel. Peu lui importe que son Étreinte ait été dépourvue de cérémonial, de romantisme ou d’explication : il survivra et tiendra bon là où bien des caïnites auront cédé. Rude, honnête et différent de son vivant, il n’a guère de raison de se lamenter de sa transition vers la non-vie : le Gangrel n’a pas besoin de faire le deuil de son humanité, car celle-ci ne lui a jamais véritablement donné de place. Cela ne veut pas dire que les Gangrels évitent tout contact avec les hommes. Bien qu’ils préfèrent en général la solitude ou la compagnie d’animaux fidèles et fiables, ils désirent autant les humains et leur sang que les autres vampires et, comme ces derniers, ils sont poussés par la Bête à rechercher la compagnie d’autres prédateurs. Ce qui les différencie, c’est plutôt leur rejet des normes sociales et leur adhérence à leur code personnel. Ils parleront à qui ils veulent, vivront comme ils l’entendent et coucheront avec qui leur plaît, au mépris de la loi ou du sens des convenances.

Surnoms :
Hors-la-loi, Têtes de loup (péjoratif)

Apparence :
quelles que soient les attentes de la société mortelle locale, on peut compter sur les Gangrels pour les ignorer, n’y prêtant attention que dans le but de s’en moquer. Ils peuvent tout aussi bien se revêtir de l’armure d’un guerrier ou représentant de la loi qu’ils ont tué pour défendre leur liberté que porter des habits de femme et vivre en tant que tels, si cela leur chante. Les Gangrels sont adaptables et vivent comme ils l’entendent. De manière générale, leurs vêtements sont à l’image de leur vie : résistants, pratiques et entièrement de leur choix. Certains Gangrels accordent une grande importance à leur apparence et la traitent un peu comme leur troupeau, avec grande considération et territorialité.

Refuges et proies :
les Gangrels dorment où bon leur semble, mais cela ne signifie pas qu’ils dorment tous dans la boue et exposés aux intempéries. Résider dans la nature n’est pas de tout repos, aussi ont-ils souvent un refuge en périphérie ou juste en dehors de la civilisation. Les cabanes de chasse isolées, postes de guet,
camps de brigands et comptoirs de marchands de fourrure peuvent tous faire l’affaire pour un Gangrel. Bien que cela puisse être source de difficultés, bon nombre de ces vampires nomades voyagent au sein d’un troupeau de voyageurs ou de bandits de grand chemin, voire à bord de vaisseaux pirates.
En vérité, les refuges des Gangrels offrent rarement un isolement total, car même une cabane isolée de bûcheron peut parfois recevoir de la visite et, bien que certains d’entre eux se satisfassent d’animaux, ils se passent rarement totalement de calices humains. Certains Gangrels ont besoin de mener des chasses sauvages, qui consistent à poursuivre une proie terrifiée dans les ruelles d’un village ou sur des routes désertes, tandis que d’autres préfèrent se consacrer à l’élevage et à leur troupeau. Certains, enfin, vivent comme des araignées appâtant leurs proies. Tout ce qui compte, c’est que le Gangrel fasse ce que bon lui semble, et au diable ceux qui iraient remettre en cause ses préférences.

Étreinte :
lorsque les animaux s’accouplent ou se nourrissent, peu y voient quoi que ce soit de romantique ou d’érotique. C’est là que diffèrent les Gangrels, qui mesurent pleinement la brutalité qu’il y a à capturer un humain dans une taverne ou sur une route pour le conduire au trépas ; procéder autrement serait faire preuve d’une cruauté dénuée de toute passion. Ils n’abandonnent pas non plus leurs jeunes par égoïsme ou maltraitance, mais pour s’assurer qu’ils survivront aux longues nuits à venir. En réalité, il ne s’agit même pas d’un véritable abandon, dans la mesure où la plupart des sires les surveillent depuis les ombres. Il y a quelque chose d’intime dans tout ce que fait un Gangrel, et il n’est pas toujours aisé de discerner de quoi il s’agit. Tant mieux, songent ils.

Création de personnage :
les Gangrels ont tendance à favoriser les attributs physiques et l’Astuce dans les attributs mentaux qui sont secondaires. Ils proviennent le plus souvent des humains les plus talentueux et valorisent ces capacités instinctives. Les capacités secondaires se concentrent sur ce qu’il y a à apprendre pour la survie. Les Gangrels peuvent établir de gigantesques troupeaux avec le temps, et contrôler leur territoire par la même occasion.

Disciplines de clan : Animalisme, Force d’âme, Protéisme

Faiblesse :
lorsqu’un Gangrel entre en frénésie, sa Bête remonte à la surface et la sauvagerie de son sang marque sa chair ainsi que son esprit. Il est possible qu’il développe un trait animal physique ou mental qui correspondra soit à la mythologie vampirique locale, soit à un charognard de la région, et aura ainsi des sourcils extrêmement broussailleux, des plaques de fourrure ou besoin d’une heure de torpeur après chaque repas. En termes de règles, ce trait animal impose au Gangrel une pénalité de difficulté de +1 sur tous les jets le faisant intervenir. Ce trait animal et cette pénalité s’appliqueront jusqu’à ce qu’il accepte un échec automatique à l’occasion d’une action faisant intervenir le trait en question (à l’initiative du conteur).

Organisation :
il n’y a pas de forme d’organisation universellement acceptée ou pratiquée par le clan. Une ville pourrait abriter une famille très unie de Gangrels respectant une hiérarchie de meute très stricte, tandis que sa voisine comptera un groupe de Hors-la-loi qui reconnaissent à peine leur existence mutuelle. Certains se dévouent avant tout à leur clan, tandis que d’autres, particulièrement forts ou arrogants, ne reconnaissent qu’un seul principe : chacun pour soi. Le respect ne va pas de soi dans le clan. Un infant, dont le sire tiendrait un membre du clan en haute estime, ne se sentira aucunement obligé de l’imiter tant que le vampire en question ne lui aura pas donné de raison de le faire. La hiérarchie, quand il y en a une, ne découle jamais de la tradition, mais du sang et des actes.

Stéréotypes
Ventrues : des murs de pierre ne m’empêcheront pas de passer, mon prince. Priez pour que je n’aie jamais envie d’entrer.
Tremeres : nous n’oublierons pas ce que vous avez fait.
Nosferatus : mais qu’est-ce qu’ils cherchent ?
Tzimisces : nous sommes comme vous. Mais ce que vous faites à des paysans terrorisés dans un vieux château vide, je me l’inflige à moi-même dans la grandeur de la nature et au clair de la lune.
Ravnos : tout comme toi, je voyage. La seule différence, c’est que moi, je ne laisse pas de trace de mon passage.
Disciples de Set : ils vénèrent des serpents, qui ne sont même pas de vrais prédateurs.
Malkaviens : pourquoi m’avez-vous chassé de votre cité, et lui avez-vous permis de rester ? Réfléchissez bien à votre réponse.
Brujahs : la Bête n’est pas que colère.
Cappadociens : qui ça ?
Lasombras : de bien tristes jours vous attendent. Je le sens.
avatar
Lord Musashi
Admin

Messages : 599
Date d'inscription : 28/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum