La voie de la Bête

Aller en bas

La voie de la Bête

Message par Lord Musashi le Lun 4 Sep 2017 - 22:10

Via Bestiae


La société a droit de vie et de mort. La culture est la structure qui permet aux humains de définir le meurtre, la justice ou encore ce qui constitue un mal nécessaire. La société décide qui meurt de faim en hiver, qui n’aura pas de remède pour son bébé, qui passera toute la journée à jouer aux échecs et à lire des livres tandis que d’autres se battent pour parvenir à survivre.  En faisant partie de la société, vous conspirez explicitement avec les autres en faveur du meurtre et de l’esclavage, et consentez potentiellement à votre propre mort si cette société vous juge indigne d’elle. Les caïnites qui suivent la voie de la Bête renient tout ce qui fonde la société : la culture et les individus vivant en communauté n’ont aucun droit inhérent à juger quelqu’un. Pour l’Autarciste, au contraire, elle ne peut revendiquer aucune forme d’autorité. Chaque monstre peut édicter ses propres règles, s’attribuer ses propres droits, et mener l’existence qu’il désire. Toute tentative pour le retenir ou l’obliger à reconnaître une autorité supérieure à la sienne équivaut à une tentative de meurtre sur son âme.

Surnom : les Autarcistes

Éthique de la Bête :
• Tu as survécu à la mort et ta propre sauvegarde est aujourd’hui l’objectif le plus pur vers lequel tu puisses tendre.
• La Bête n’incarne nullement le mal, mais existe pour t’aider à survivre.
• Tu t’es battu pour tout ce que tu as, et tu as droit à tout ce pour quoi tu t’es battu.
• Personne ne peut te commander ; entends ce que les autres ont à dire, mais n’écoute que toi quand il te faut choisir ta façon d’être.
• La civilisation est un coussin qui te ramollit et te rend faible. Existe à côté d’elle, et jamais en son sein.

Initiation :
on pense souvent (à tort) que ces vampires sauvages et étrangers qui errent d’un endroit à un autre suivent naturellement la voie de la Bête. C’est pourtant rarement le cas : le plus souvent, c’est la manipulation ou l’éducation qui les aiguille dans cette direction. Et il est difficile de différencier ces deux façons d’aborder cette Voie. Un vampire, inspiré par ce sentiment d’appartenance commune qui rapproche de parfaits étrangers, partagera parfois son expérience ou guidera un de ses congénères sur la voie de la Bête. Mais le plus souvent, il repérera un autre vampire incapable de s’insérer dans la société et « l’entraînera dans les bois ». Il ira même jusqu’à lui pourrir littéralement l’existence, et le coupera tant de la civilisation que celui-ci n’aura plus d’autre choix que d’accepter sa Voie. C’est une leçon qui peut paraître cruelle, car elle détruit l’univers du jeune caïnite, mais aux yeux de l’Autarciste, elle représente un acte de compassion suprême. Soulager quelqu’un du poids des chaînes de la société et libérer sa vraie nature de prédateur n’est jamais cruel, mais toujours une bénédiction. Peu importe le prix.

Organisation :
un Autarciste ne pourra jamais reconnaître une structure ou une autorité qu’il n’a pas lui-même créée. Rien ne lui est supérieur. Dieu ou vampire, personne ne pourra lui dire quelle est la meilleure manière de vivre : il n’aura de comptes à rendre qu’à lui-même. Quand il accepte un compromis, c’est parce qu’il y a vu un intérêt, non parce qu’un dogme l’exige ou en vue de se couvrir de prestige. Un groupe de vampires suivant cette Voie pourra bien sûr travailler et vivre en communauté, et ce par le biais de défis permanents pour la suprématie, ou bien d’une neutralité réticente où personne ne commande réellement les autres. Un élève accordera parfois une forme de respect à son mentor, mais ce type de relation n’est jamais formellement reconnu.

Rituels et observances :
les rituels renvoient à des dogmes et les Autarcistes rejettent en général les uns aussi bien que les autres. Il existe cependant au moins une exception : une sorte de relation rituelle avec la chasse. Quelle que soit leur progression sur cette voie, tous les disciples reconnaissent que pour la Bête, la chasse est sacrée et sur ce point, personne ne la remet en cause. Les règles disent toutes qu’il s’agit d’une activité sacrosainte, qui doit être respectée et honorée par-dessus tout, mais qu’il faut comprendre qu’elle occupe une place à part. Avant la chasse, certains prient en silence ou méditent, ou bien se lancent dans une série complexe de chants, de danses, de démonstrations physiques, et de sacrifices physiques ou métaphoriques. D’autres arborent des fétiches ou des parures précieuses. Pour eux, le rituel distinguant la chasse des autres activités nocturnes n’est pas seulement approprié, il est nécessaire. Elle appartient à la Bête et pour la pratiquer correctement, il convient au préalable de laisser celle-ci remonter à la surface, sans céder à la frénésie.

Aura : menace
La Bête est la bienvenue dans le corps du vampire et elle le montre, non seulement dans la force de son regard, mais aussi dans le reflet vacillant de son âme. Elle est à bien des égards son esprit, et son dangereux désir de survivre à tout prix éclabousse de sang et d’ombres sauvages l’aura du disciple.
Vertus : Conviction et Instinct.

HIÉRARCHIE DES PÉCHÉS DE LA VOIE DE LA BÊTE

Niveau 10 : Risquer ta propre vie La survie est primordiale.
Niveau 9 : Reconnaître un chef Il n’y a pas de « nous », il n’y a que « moi ».
Niveau 8 : Tuer pour le plaisir Ne jamais gaspiller.
Niveau 7 : Choisir de vivre dans l’ordre et non dans le chaos La civilisation t’affaiblit.
Niveau 6 : Être cruel pour le plaisir La cruauté est une perte d’énergie.
Niveau 5 : Se montrer altruiste La charité ne nourrit pas la Bête.
Niveau 4 : Ne pas tuer quand la survie est en jeu Entre toi et eux, cela doit être toi.
Niveau 3 : Ne pas protéger ce qui t’appartient Prends-le et garde-le.
Niveau 2 : Ne rien avoir à toi Marque ton territoire, tes gens, ton troupeau.
Niveau 1 : Refuser de se nourrir quand on a faim Il n’y a pas d’équilibre quand tu renies la Bête.

Crédos :


Credo du Chasseur


Si la voie de la Bête est tout entière consacrée à la survie, un caïnite suivant les enseignements du credo du Chasseur ne tend que vers un seul but : la chasse. Le Chasseur commence à penser à sa prochaine traque à la seconde où il se lève, et il s’endort en réfléchissant à celles à venir. Il peut avoir des relations avec d’autres monstres, voire fréquenter le troupeau installé aux alentours de ses terres, ou trouver du réconfort dans l’inertie mentale de ses compagnons animaux. Mais peu importe : quoi qu’il fasse, il passe son temps à réfléchir à sa prochaine chasse. La définition et la méthodologie de cette préparation varient d’un chasseur à l’autre, et il s’agit même d’un sujet brûlant quand plusieurs chasseurs se rencontrent. Pour certains, la nuit est une occasion permanente de poser ses pièges et d’attendre que la proie s’approche. Pour d’autres, il s’agit de faire montre de prouesses physiques délirantes. Pour quelques-uns encore, les jeux sociaux des caïnites sont le terrain idéal pour exercer leurs talents de chasseur, ne serait-ce que parce qu’ils peuvent en profiter pour rendre leur traque beaucoup plus aisée et éviter que des braconniers n’envahissent leur territoire. Ces Chasseurs qui s’impliquent dans la société vampirique ont tendance à exceller en la matière, car ils ont une conscience limpide de leur véritable objectif.

Éthique particulière au Chasseur :
• Tout ce qui ne relève pas de la chasse ou qui ne lui sert pas n’est que distraction.
• L’absence de vision à long terme est le seul véritable ennemi du chasseur.
• Avoir faim est la marque d’un piètre chasseur.
• Tu es un prédateur et un élément de la chasse, mais tu n’en es pas l’unique élément.

Vertus : Conviction et Instinct.

HIÉRARCHIE DES PÉCHÉS DU CREDO DU CHASSEUR
Niveau de péché, Repère, moral & Explication
Niveau 8 : Ignorer une menace potentielle contre ta chasse On tentera de limiter tes droits à chasser. Ne te laisse pas faire.
Niveau 7 : Agir sans avoir de plan Un chasseur imprudent échouera avant même d’avoir commencé.
Niveau :2 Chasser sans rituel de préparation La chasse est la seule chose sacrée.

Credo du Nomade


A quoi bon survivre s’il faut passer une éternité sans prendre de risque et sans rien avoir à raconter ? Les vampires qui suivent le credo du Nomade refusent de laisser leur nature limiter leur existence à la nourriture et au combat seuls, car l’immortalité représente pour eux une aventure sans fin. Si c’est pour rester au même endroit, pour s’accrocher à une seule manière de vivre ou à une foi unique, autant être mort. Un adepte du credo du Nomade est un explorateur qui ne peut pas s’empêcher d’aller voir ce qu’il y a au-delà du prochain virage, d’ouvrir la porte suivante ou de gravir encore une autre colline. Pour lui, il faut en premier lieu abandonner encore et toujours villes, régions et cultures, partir en quête du monde extérieur, et par-dessus tout repousser ses limites. Certains de ses disciples ont des manières plus modestes d’exprimer cet infini voyage. Dans les anciennes cités comme Rome, il est par exemple possible de consacrer des siècles à l’exploration de ses tunnels et de ses catacombes.

Éthique particulière au Nomade :
• L’immobilisme est pire que la mort.
• La survie doit sans cesse être éprouvée ; il ne s’agit pas d’accepter purement et simplement son existence.
• Dès que tu t’habitues à un endroit et à ses habitants, il est temps pour toi de partir.

Vertus : Conviction et Maîtrise de soi.

HIÉRARCHIE DES PÉCHÉS DU CREDO DU NOMADE
Niveau de péché, Repère, moral & Explication
Niveau 3 : Ne pas explorer Tu ne peux pas savoir ce qui t’attend après le tournant si tu ne vas pas voir.
Niveau 2 : Reconnaître des liens avec une terre ou un peuple Rejette les titres qui tentent de te domestiquer.

Credo du Libérateur


La civilisation n’est pas qu’un mensonge. C’est un piège. L’humanité et les infants de Caïn devraient être libres comme ils l’étaient à Nod, et non des prisonniers enfermés dans des villes sans fin, bâties sur des mensonges et une étouffante tyrannie. Si tu as un chef, tu as une cible à éliminer et ne pas commettre le régicide, c’est se suicider à petit feu. Pourtant, voir les villes et les princes sous leur véritable jour ne suffit pas. Pour être vraiment pur, nourrir la Bête et rendre le monde à une condition qui a un sens, il faudra faire montre de violence et de destruction afin de libérer les coeurs et les esprits. Cela implique parfois de mettre au point des plans ingénieux pour renverser et assassiner des princes. Ou bien d’enlever tous les chiots d’une ville et de les « libérer » des chaînes mensongères dans lesquelles ils vivent. C’est parfois se livrer à des Étreintes de masse illégales ou briser le Silence du Sang. La cité est construite sur la malhonnêteté, et le vampire qui suit ce credo l’abattra pierre par pierre si c’est nécessaire.

Éthique particulière au Libérateur :
• Le vampire était dans sa forme la plus pure à Nod, avant la Première Cité.
• L’humanité est née pour vivre libre et non dans ces villes qui lui servent de chenil.
• La libération est la seule chose qui importe, et tout ce qui participe à libérer un esprit en vaut la peine.

Vertus : Conviction et Instinct.

HIÉRARCHIE DES PÉCHÉS DU CREDO DU LIBÉRATEUR
Niveau de péché, Repère, moral & Explication
Niveau 8 : Épargner une vérité difficile à quelqu’un La libération appartient à tout le monde.
Niveau 6 : Profiter du confort de la ville au lieu de la détruire Si elle te facilite la vie, elle t’affaiblit. Détruis-la.
Niveau 1:  Autoriser la tyrannie Qu’ils le veuillent ou non, tu apporteras la libération.
avatar
Lord Musashi
Admin

Messages : 581
Date d'inscription : 28/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum