Le clan Malkavien

Aller en bas

Le clan Malkavien

Message par Lord Musashi le Dim 3 Sep 2017 - 2:46

Les Malkaviens


Vous enviez ma clairvoyance, mais elle a un prix. Q uand vous parlez, je vous entends au milieu des cris de toutes mes connaissances qui ont perdu la vie. Quand je vous demande de répéter, c’est parce que leurs hurlements de terreur ont été plus forts que vos paroles. Certes, cela m’apprend les vérités de l’âme. Mais est-ce vraiment enviable ?


L’an 1242 est particulièrement difficile pour les Cassandres. Dans le monde mortel, la théorie classique grecque, dans laquelle la maladie mentale était la manifestation d’un trouble physiologique, commence à tomber en désuétude et à être remplacée par la position de l’Église, qui considère ces afflictions comme une marque noire laissée sur l’âme par un comportement impie. Cette théorie a engendré méfiance, malentendus et peur, ainsi que de violentes réactions. De nombreux infants de Malkav ont connu la Mort ultime lors d’exorcismes impromptus conduits en plein jour ce qui, bien évidemment, n’a fait qu’attiser l’ardeur de l’Église. Les Malkaviens prédisent qu’un grand fléau, une gigantesque épidémie, s’abattra très prochainement sur les hommes, et ils savent que cela ne fera qu’empirer les persécutions dont souffrent les marginaux. Les caïnites, eux, traitent les Enfants de Malkav comme autant de pierres divinatoires ou boules de cristal. Tout le monde sait que la guerre des Princes touche à sa fin, et ceux qui parviennent à lire la trame du destin sauront qui l’emportera et quelles alliances former. Pour certains princes, les Malkaviens ne sont que des accessoires de mode de leur cour, qui leur permettent de manifester leurs évidentes qualités de visionnaires. Dans la plupart des cours, cela relègue les Malkaviens au rang de bas clan : ceux-ci ne peuvent escompter aucun respect en raison de leur lignée, et doivent le mériter par leurs propres moyens. Les plus intelligents d’entre eux ont accepté cette forme de méritocratie et créé un système susceptible de venir en aide au clan, des sectes malkaviennes, les Ordo, conçues pour rendre au clan son traditionnel rôle prophétique. Ils ont mené de nombreuses expériences dans ce cadre, provoquant leur Bête, écorchant leur peau, ingérant du sang contenant des substances psychotropes, et se frottant à diverses formes d’annihilation promettant d’apporter la sagesse tant recherchée. Ces risques portèrent parfois leurs fruits, mais ce qui importe le plus, c’est que ces sectes partagèrent généreusement leur savoir, donnant à chacun de leurs membres l’apparence de véritables puits de science. Les Malkaviens ne mènent pas de batailles ; ils déclenchent des guerres. Qui se penche sur l’histoire caïnite découvrira que l’un d’entre eux se trouvait au coeur de ses plus grands conflits. C’est un Devin qui poussa les Ventrues de Rome à raser Carthage, le bastion des Brujahs, et ces derniers en tiennent encore rigueur aux Enfants de Malkav, refusant d’admettre que leurs arrangements avec les Baalis auraient pu amener la fin de la société caïnite. Telle est la malédiction du Malkavien : tout sage, lucide ou intuitif soit-il, le messager sera toujours plus source de discussion que son message.

Surnoms :
Cassandres, Enfants de Malkav, Devins

Apparence :
les Malkaviens ont parfois l’air fous, mais ces rares individus mènent le plus souvent de brèves existences et périssent aux mains de l’Église, d’un vampire, voire d’un autre Devin, poussé par sa compassion à abréger leurs souffrances. S’il est un trait caractéristique de ce clan, c’est sa normalité. Les Malkaviens apprennent en effet rapidement à se fondre dans leur environnement, parfois dès le moment de l’Étreinte. La plupart étaient à l’origine des personnes très banales, et l’étincelle de clairvoyance qui les anime est visible dans leur esprit et non leur chair.

Refuge :
les Cassandres se réfugient dans des lieux ordinaires au vu de leur situation ; un moine malkavien dormira par exemple dans un monastère. Ils feront tout leur possible pour se fondre dans la masse et ne pas se faire remarquer. Rares sont les Devins qui habitent de somptueuses maisons, car nombre d’entre eux ont la certitude qu’un grand incendie approche, et qu’il sera suivi d’un déluge. Historique : chaque Malkavien est indépendant et a donc des préoccupations et besoins spécifiques, et ce sont ces derniers qui dictent leur choix lorsqu’ils étreignent. Cette imprévisibilité constitue l’une des plus grandes forces du clan et, s’il y a bien un point commun chez les Cassandres potentielles, c’est qu’elles ont tendance à faire preuve d’un calme naturel et d’un bon entendement. Dans la mesure où même les plus stoïques d’entre eux peinent à s’accrocher à leur lucidité, les hommes passionnés font donc des Malkaviens explosifs. Naturellement, on en trouve aussi qui font la sourde oreille face aux présages qu’ils reçoivent, et d’autres qui sont emplis de fureur violente par les crises à venir. Ceux-là s’attellent à étreindre les mortels les plus vociférants, téméraires et déterminés, dans l’espoir qu’ils sauront manier l’Aliénation comme une arme pour défendre le clan lors des crises à venir.

Création de personnage :
les Malkaviens sont des cérébraux. Pratiquement tous favorisent des attributs mentaux et, la plupart du temps, les connaissances. Les moins stables préfèrent les talents qui leur permettent de manipuler leur environnement ou de le modifier. Beaucoup ont des Alliés, au cas où ils auraient besoin d’être rapidement sauvés d’actes de persécution. Les Malkaviens entreprenants, en particulier ceux des Ordo, cherchent à développer leurs historiques Mentor et Statut pour donner l’impression d’être irremplaçables.

Disciplines de clan : Aliénation, Auspex, Occultation

Faiblesse :
les Enfants de Malkav souffrent tous et à perpétuité d’un déséquilibre dans leurs humeurs. Choisissez un Dérangement (cf. page 348) au moment de la création du personnage : il ne pourra jamais être guéri et le Malkavien ne pourra en ignorer les effets que pendant un tour s’il dépense de la Volonté à cette fin. Même une puissante discipline telle que Valeren ne fera jamais mieux que l’apaiser pendant une nuit et, dans de tels cas, le Malkavien perdra la possibilité de dépenser des points de Volonté pour ignorer son Dérangement pendant toute une semaine.

Organisation :
les Devins ne peuvent organiser des grands rassemblements officiels depeur d’être persécutés. S’ils venaient à former une assemblée, elle subirait certainement de brutales attaques de la part des Brujahs. Bien que chaque membre du clan présente une forme unique de déséquilibre, tous semblent par moments percevoir les bribes d’une même prophétie ou avoir une intuition commune. Bien des vampires n’y voient que coïncidence, ou pensent que les Devins modifient leurs histoires pour qu’elles paraissent similaires. D’autres murmurent que leur géniteur mort cherche à revenir en possession des secrets perdus du labyrinthe de l’esprit.

Stéréotypes
Baalis : nous ne savons que trop bien que le fardeau de la vérité a un prix. Eux ont payé trop cher.
Brujahs : ce qui est triste, c’est que nous aurions pu les laisser mourir. Ils ne nous pardonneront jamais de les avoir sauvés.
Gangrels : bientôt, nous serons sept ensemble. Puis, nous serons six séparés et eux seront seuls. Mais au final, nous finirons tous seuls.
Lasombras : vous ne connaissez pas les ombres aussi bien que moi. Pour vous, ce sont des outils. Pour moi, elles sont tout.
Salubriens : ils veulent sauver les âmes. Nos âmes sont changées, pas endommagées. Aussi leurs efforts sont tout bonnement inutiles.
Tzimisces : les Démons se repaissent d’amertume. Évitez-les.
Ventrues : ils ne nous respectent que parce qu’ils nous trouvent utiles. Ne vous méprenez pas, ils se retourneront contre nous plus vite que les Brujahs, lorsque nos prophéties se tariront.
avatar
Lord Musashi
Admin

Messages : 581
Date d'inscription : 28/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum